Vous recherchez une actualité
Actualités

VIEILLISSEMENT EN BONNE SANTÉ : Intervenir tous azimuts sur le mode de vie

Actualité publiée il y a 4 semaines 1 jour 1 heure
Aging
Un essai en faveur de l’efficacité d’interventions multifactorielles englobant l'entraînement cognitif, l'exercice, l'alimentation, la gestion du risque vasculaire et la motivation pour la santé des personnes âgées (Visuel Adobe Stock 273659147))

En cette ère de vieillissement des populations, les médecins et les scientifiques s’accordent sur l’objectif d’un vieillissement en bonne santé. Si la plupart des équipes de recherche et du public s’accorde sur l’importance des facteurs environnementaux et notamment de mode de vie dans le maintien d’une bonne santé avec l’âge, il reste complexe de démontrer l’efficacité de telles interventions à long terme sur les résultats de santé. C’est le défi que s’est assigné cette équipe de l’Ajou University School of Medicine qui rapporte avec cet essai contrôlé randomisé, dans la revue Aging, toute l’efficacité d’interventions multifactorielles englobant l'entraînement cognitif, l'exercice, l'alimentation, la gestion du risque vasculaire et la motivation pour la santé des personnes âgées.

 

L’étude est menée auprès de participants exempts de démence mais présentant un ou plusieurs facteurs de risque de démence modifiables, âgés de 60 à 79 ans, assignés au hasard à suivre un programme d’interventions multifactorielles en établissement, à domicile ou pour le groupe témoin à recevoir des conseils de santé standards. L'étude vise à prévenir les troubles cognitifs et à protéger la santé cérébrale grâce à une intervention globale sur le mode de vie chez les personnes âgées à risque. Les programmes d'intervention sont jugés réalisables lorsque les critères suivants sont remplis : taux de rétention des participants d'au moins 75 %, taux d'adhésion à l'intervention d'au moins 75 % et au moins aucune différence par rapport au groupe témoin dans l'analyse des résultats cognitifs primaires.

Des programmes combinant plusieurs interventions réalisables et efficaces

Ici, l’analyse des données de l’essai montre que :

 

  • les participants des groupes d’intervention en établissement et au domicile ont suivi le programme avec des taux de rétention respectifs de 88,2 % et 96,1 % respectivement, respecté une observance de 94,5 % et 96,8 %, respectivement ;
  • sur les marqueurs sanguins, toujours par rapport au groupe témoin,
  • les taux sériques de facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) sont significativement augmentés dans le groupe d’intervention en établissement mais pas dans le groupe intervention à domicile ;
  • les taux de cortisol plasmatique (un marqueur de stress) sont significativement réduits (voir schéma) dans les 2 groupes d’intervention, à la fin de l’étude ;
  • le score de bien-être neuropsychologique (selon l’échelle RBANS) s'est amélioré, pour les 2 groupe d’intervention, de manière significative par rapport au groupe témoin.

 

Ces 2 programmes apparaissent donc non seulement observables mais efficaces sur la qualité de vie et la santé cognitive et le des personnes plus âgées. Alors que l'espérance de vie augmente dans le monde et que la démence est devenue un fardeau de santé publique, il y a urgence à développer des interventions non médicamenteuses, portant sur l’ensemble des facteurs de mode de vie qui favorisent un vieillissement en bonne santé. 

Autres actualités sur le même thème