Actualités

VIEILLISSEMENT : La transplantation de microbiote pour rajeunir ?

Actualité publiée il y a 4 mois 3 semaines 3 jours
Microbiome
La greffe fécale permet aussi d’inverser certaines caractéristiques du vieillissement (Visuel Adobe Stock 41819734)

Aujourd’hui reconnue comme une option clé pour éliminer l’infection résistante à C. difficile, la transplantation ou greffe de microbiote fécal élargit progressivement ses indications, avec des avantages métaboliques et e faveur de l’efficacité de certaines immunothérapies du cancer. Cette nouvelle recherche menée à l’Université d'East Anglia (UEA, Norwich), suggère que la greffe fécale permet aussi d’inverser certaines caractéristiques du vieillissement. Les conclusions, présentées dans la revue Microbiome, confirment a minima, l’importance considérable du microbiote pour la santé. Ainsi que son importance bien sûr pour un vieillissement en bonne santé.

 

La recherche de la jeunesse éternelle, un sacré graal, trouve ici avec ironie, et avec le microbiote fécal une nouvelle piste surprenante mais prometteuse. Car l’équipe anglaise apporte de premières preuves de l’efficacité de la greffe de microbiote fécal à inverser, chez la souris, les signes du vieillissement du moins dans l'intestin, mais aussi dans les yeux et le cerveau.

Réguler le microbiote avec l'âge

  • A contrario, la greffe de microbiote fécal de souris âgées, chez de jeunes souris, accélère leur vieillissement, avec des signes comme la perte ou l’épuisement d’une protéine clé nécessaire à une bonne vision. Encore une fois, ces résultats montrent que les microbes intestinaux jouent un rôle dans la régulation de certains des effets néfastes du vieillissement et ouvrent la possibilité de nouvelles thérapies basées sur les microbes intestinaux pour lutter contre le déclin de plusieurs organes, plus tard dans la vie.

 

L’auteur principal, le Pr Simon Carding, de la Norwich Medical School de l'UEA et chercheurs sur les microbes intestinaux qualifie l’étude de « révolutionnaire » et ses preuves « alléchantes » concernant cette implication directe des microbes intestinaux dans le vieillissement et le déclin cognitif. Si on sait maintenant que la population de microbes qui résident dans notre intestin, ou microbiote intestinal, joue un rôle clé dans la santé, que la plupart des maladies sont associées à des changements dans les types et le comportement des bactéries, virus, champignons et autres microbes du microbiote, jusqu’à cette étude, son lien avec le vieillissement n’était pas évident.

 

Des  changements du microbiote se produisent avec l'âge, affectant négativement le métabolisme et l'immunité, et ont été associés à certains troubles liés à l'âge, notamment des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI), aux troubles cardiovasculaires, à certaines maladies auto-immunes et métaboliques. Cependant, les effets des changements du microbiote sont encore loin d’être compris. Pour les identifier, les scientifiques ont transféré les microbiotes de souris âgées à de jeunes souris en bonne santé, et vice versa et examiné les effets de ces greffes sur les caractéristiques inflammatoires du vieillissement dans l'intestin, le cerveau et les yeux. Ces expériences révèlent que :

 

  • le microbiote de souris âgées induit une perte d'intégrité de la muqueuse intestinale, ce qui permet aux produits bactériens de passer dans la circulation, déclenche une réaction immunitaire et une inflammation du cerveau et les yeux ;
  • l’inflammation gagne des cellules immunitaires spécifiques présentes dans le cerveau ;
  • les niveaux de protéines spécifiques associées à la dégénérescence rétinienne augmentent ;
  • en revanche, la greffe de microbiote de souris jeunes à des souris âgées permet d’inverser ces effets néfastes sur l'intestin, les yeux et le cerveau ;
  • chez des souris jeunes ou âgées, la greffe de « microbiote jeune » fait monter les niveaux de bactéries bénéfiques, auparavant associées à une bonne santé chez les souris jeunes ;
  • les produits que ces bonnes bactéries fabriquent induisent des changements significatifs et positifs dans le métabolisme des lipides (graisses) et des vitamines.

 

Quelle durée d'efficacité ? Il reste à mieux comprendre combien de temps ces effets positifs peuvent durer et à préciser les composants bénéfiques du microbiote jeune ainsi que leur impact sur les organes éloignés de l'intestin. Mais les auteurs estiment déjà la thérapie positive pour freiner les déclins liés à l’âge :

« En modifiant le microbiote intestinal des personnes âgées, nous pourrions sauver les indicateurs de déclin associé à l'âge couramment observés dans les affections dégénératives de l'œil et du cerveau ».

 

Au-delà de la greffe fécale, les chercheurs rappellent le rôle de l’alimentation sur nos bactéries intestinales et notre santé, plus tard dans la vie.

Autres actualités sur le même thème