Vous recherchez une actualité
Actualités

VIEILLISSEMENT : Le composé qui ralentit la perte osseuse et prolonge la vie

Actualité publiée il y a 6 mois 33 min 57 sec
JBMR Plus
Le benzoxazole est confirmé comme un composé prometteur pour de nouveaux traitements contre le vieillissement (Visuel Adobe Stock 267882053).

Nombreuses sont les équipes scientifiques à la recherche de thérapies permettant de prolonger la vie en bonne santé. Cette recherche d’une équipe du Buck Institute for Research on Aging (Californie) suit une piste ouverte dès 2011 dans la revue Nature : celle du benzoxazole, documenté alors pour sa capacité à réduire l'agrégation des protéines liées à l'âge (chez le ver nématode) et comme cible prometteuse pour de nouveaux traitements contre le vieillissement. Cette nouvelle recherche, publiée dans le Journal of Bones and Mineral Research (JBMR) Plus, confirme pour la première fois la piste du benzoxazole sur un modèle vertébré et apporte une nouvelle plateforme de test, chez l'animal, de nouvelles thérapies anti-âge.

 

Le vieillissement est caractérisé par des diminutions systémiques des fonctions des tissus et des organes. Les interventions capables de ralentir ce déclin constituent des thérapies prometteuses pour se protéger contre les maladies liées à l'âge et améliorer la qualité de vie. Cette étude, longitudinale, qui montre que le benzoxazole ralentit le vieillissement osseux jusqu'à 31% au cours d'une année de traitement chez 700 souris vieillissantes, apporte des données précieuses pour lutter contre le vieillissement et les maladies liées à l'âge.

L’établissement de paramètres du vieillissement-chez la souris

Les chercheurs établissent les taux de changement précis des différents paramètres, cliniquement significatifs, du vieillissement, chez les souris non traitées (cyphose ou déformation de la colonne vertébrale, glycémie, composition corporelle, activité, mesures métaboliques et du vieillissement osseux). Ces données vont être précieuses pour l'étude du vieillissement physiologique préclinique et des thérapies ciblant le vieillissement. Une application en ligne qui inclut les taux de changement de ces différents paramètres permet de calculer la progression du vieillissement en mettant l'accent sur les os. Un outil qui pourra permettre d’évaluer de nouvelles interventions anti-âge, chez les souris vieillissantes.

 

L’évaluation de différentes interventions contre le vieillissement : les chercheurs évaluent ici avec toute une série de tests, plusieurs interventions visant l'allongement de la durée de vie et/ou la réduction des maladies liées à l'âge chez des souris modèles. Ils constatent que le benzoxazole, déjà corrélé à un allongement de la durée de vie de C. elegans, ralentit également la perte osseuse fémorale liée à l'âge chez la souris.

La méthodologie a consisté à « profiler » les souris au fur et à mesure qu'elles vieillissaient tout en testant plusieurs agents thérapeutiques déjà connus pour prolonger la durée de vie d’organismes modèles simples. En pratique, la recherche a nécessité la collecte et l'analyse de téraoctets de données sur plusieurs années.

 

Le benzoxazole permet de ralentir chez la souris modèle le vieillissement osseux jusqu'à 31% au cours d'une année de traitement. Alors que dans l'article de Nature, c’est plutôt la capacité du benzoxazole à supprimer l'agrégation des protéines liées à l'âge qui avait été soulignée, cette nouvelle étude met en évidence son action de protection de la santé osseuse : le composé semble favoriser l’action des ostéoclastes, les cellules osseuses actives pendant la croissance et la guérison.

 

Quelle pertinence pour les humains ?  « Les paramètres que nous avons pris en compte sont tous directement applicables au vieillissement chez les humains. Ils ont littéralement des corrélations cliniques directes avec les données de santé que vous mesureriez chez l'Homme". C’est notamment le cas de l’incidence des fractures spontanées des fémurs de souris vieillissantes (2,5%) comparable à l’incidence des fractures de la hanche chez les personnes de plus de 65 ans (de 1 à 2,7%). Autre exemple apporté par les chercheurs : la cyphose, ou courbure de la colonne vertébrale.

 

En synthèse, la recherche réouvre avec force la piste du benzoxazole -qui devra encore être adaptée et confirmée chez l'Homme-  et propose un nouvel outil pour tester, chez la souris, de nouvelles thérapies anti-âge.

Autres actualités sur le même thème