Vous recherchez une actualité
Actualités

VITILIGO, ALOPÉCIE : Les inhibiteurs de JAK pourraient changer la vie

Actualité publiée il y a 2 années 8 mois 3 semaines
American Academy of Dermatology

C’est une option de traitement prometteuse pour différentes maladies de peau et des cheveux, en particulier le vitiligo, la dermatite atopique et l’alopécie. Déjà documentée dans plusieurs études, elle fait l’objet de cette étude à l’initiative de l’American Academy of Dermatology. Un appel à l’autorisation desinhibiteurs de JAK, indiqués dans le traitement de l’arthrite qui, en bloquant le dysfonctionnement du système immunitaire en cause dans les 3 maladies en cause,pourraient fournir une thérapie efficace et rétablir la qualité de vie de millions de patients atteints par ces conditions.

L'alopécie areata (ou pelade : alopécie par plaques), la dermatite atopique (qui provoque des démangeaisons sévères et des éruptions cutanées rouges) et le vitiligo (qui entraine des zones de décoloration de la peau) sont des conditions dermatologiques très visibles qui entraîne un effet négatif sur l'image de soi, la qualité de vie et la santé globale des patients. Ce traitement émergent, cependant, apparaît au fil des études comme une thérapie prometteuse. Une nouvelle classe de médicaments, les inhibiteurs de JAK (Janus kinase) (ruxolitinib et tofacitinib) ont été approuvés il y a environ 5 ans par l'Agence américaine Food and Drug Administration (FDA) pour traiter la polyarthrite rhumatoïde et les troubles de la moelle osseuse. Ces inhibiteurs de JAK ont ensuite été envisagés par des recherches pour le traitement de certains cancers. Des chercheurs de l'Université Columbia (New York) ont ensuite démontré leur capacité à traiter l'alopécie (chez la souris). Une seconde étude a suggéré à nouveau leur l'efficacité contre la perte des cheveux. Ces médicaments s'avèrent en effet en mesure de bloquer certaines voies et précisément celles qui induisent les cellules immunitaires à encercler puis attaquer la base du follicule pileux, provoquant la chute des cheveux.


Alors que l'alopécie areata, la dermatite atopique et le vitiligo n'entraînent pas les mêmes manifestations, ces 3 maladies sont toutes déclenchées par un dysfonctionnement du système immunitaire, explique le Dr Brett King, dermatologue, professeur de dermatologie à la Yale School of Medicine, un expert des nouveaux usages de la classe des inhibiteurs de Janus kinase : « les inhibiteurs de JAK semblent traiter le dysfonctionnement du système immunitaire dans les 3 maladies. Cette classe de médicaments va redéfinir la façon dont les dermatologues abordent ces conditions et devenir la nouvelle thérapie révolutionnaire pour les patients ».

Alopécie, dermatite atopique et vitiligo, des améliorations cliniques notables : le chercheur a utilisé, hors indication, un inhibiteur JAK chez un patient atteint d'alopécie. Après avoir observé la repousse des cheveux chez ce patient puis d'autres, il s'est tourné vers des patients atteints de dermatite atopique et de vitiligo, et a u constater une amélioration significative de leurs symptômes. Ces résultats cliniques obtenus chez quelques patients sont en ligne avec les récentes études. Pour l'auteur, ces résultats sont suffisamment prometteurs en tous cas pour programmer des essais cliniques plus larges qui permettrons de demander l'AMM pour ces indications.

Si approuvés pour ces indications dermatologiques, les inhibiteurs de JAK deviendront un outil thérapeutique puissant pour les dermatologues pour traiter de multiples maladies courantes qui ont un impact négatif profond sur les patients. « Nous avons besoin de traitements innovants pour aider nos patients, les inhibiteurs de JAK pourraient leur changer la vie ».

Autres actualités sur le même thème