Vous recherchez une actualité
Actualités

ZIKA: Il ne s'attaque pas qu'au cerveau des enfants

Actualité publiée il y a 3 années 2 mois 2 jours
Cell Stem Cell

Oui les cellules souches neurales adultes sont aussi des hôtes de choix pour le virus Zika, dont les effets ont maintenant été largement démontrés sur le cerveau des enfants. Si la plupart des adultes humains ne présentent pas de symptômes lorsqu'ils sont infectés par Zika, et si les cellules souches neurales sont moins nombreuses dans le cerveau adulte que dans le cerveau en développement, ces travaux du La Jolla Institute for Allergy and Immunology, révèlent dans la revue Cell Stem Cell, des effets possibles du virus sur le cerveau adulte, sur la neurogenèse, précisément impliquée dans l'apprentissage et la mémoire.

Une première étude publiée dans la revue Science, a décrypté les effets du virus dans le cerveau humain en développement. Un rapport des US Centers for Disease Control and Prevention a confirmé le lien de causalité entre l'infection prénatale au virus Zika et la microcéphalie. La relation entre l'infection et le syndrome de Guillain-Barré a également été documentée. Cette nouvelle étude regarde l'impact du virus sur le cerveau adulte.


Les chercheurs de La Jolla ont mené cette étude sur des souris adultes élevées pour être vulnérables au virus, et ont cherché à évaluer les effets de Zika sur les neurones nouvellement générés dans le cerveau adulte. Le Dr Joseph Gleeson, spécialiste des troubles du cerveau à l'Université Rockefeller confirme que son équipe constate alors « quelque chose de spécial sur ces cellules précurseurs qui permettent au virus de pénétrer les cellules et de proliférer ».

Les particules virales attaquent les cellules souches neurales : Les modèles de souris « Zika » ont été obtenus en en assommant les molécules antivirales qui aident naturellement l'animal à résister à l'infection. Les chercheurs ont ensuite injecté une souche Zika dans la circulation sanguine. 3 jours plus tard, les cerveaux de souris ont été analysés et les anticorps évalués pour identifier la présence de Zika. Les chercheurs observent alors que les particules virales entourent les cellules souches neurales et qu'au fil du temps, la prolifération des cellules souches se réduit jusqu'à être divisée par 4 à 10 fois.

Une atteinte à la neurogenèse adulte est donc l'effet probable de l'infection à Zika sur le cerveau adulte. Or la neurogenèse, soulignent les chercheurs, est un mécanisme clé de l'apprentissage et de la mémoire. Si l'on ignore encore les implications en termes de maladies humaines ou les effets sur comportements cognitifs, il est très probable que, chez l'Homme adulte aussi, les cellules souches neurales et la neurogenèse soient affectées par le virus.

Autres actualités sur le même thème