35975 membres inscrits Accès abonné revues  Aide   Newsletter    Me connecter
Les Communiqués
 
e-mail :  
mot de passe :
Inscription  |   Parrainage  |  Mot de passe oublié
 
CONNECT : Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter SantelogTV Inscription au flux RSS Santélog
 
Rechercher dans les actualités santé log
Rechercher dans
Newsletter
Dico

Maladie de HUNTINGTON : Rétablir le contrôle qualité cellulaire, c'est possible


Actualité publiée il y a 14 jours
Nature Communications

Les protéines mal repliées dans les cellules de patients atteintes de la maladie de Huntington entraînent la mort des neurones du cerveau et des cellules musculaires du corps. Les scientifiques savent que chez les personnes atteintes de Huntington, les protéines chaperons chargées d’assister les protéines mal repliées sont à des niveaux trop faibles. Rétablir le processus de contrôle de qualité cellulaire apparaît ainsi comme une nouvelle voie prometteuse d'intervention médicamenteuse. C’est l’objet de ces travaux de la « Duke », présentés dans la revue Nature Communications.

La maladie de Huntington est une maladie héréditaire qui entraîne l'érosion progressive des cellules nerveuses, entraînant des déficiences motrices et mentales et le décès. La maladie affecte environ une personne sur 10.000 et il n’existe pas de traitement curatif définitif. Cette maladie génétique neuro-dégénérative héréditaire liée à une anomalie génétique à transmission autosomique dominante et survient généralement à un âge moyen, avec de premiers signes entre 30 et 50 ans. Ces symptômes comprennent comprennent l’apparition de troubles moteurs, comportementaux avec des mouvements incontrôlables des jambes et des bras, une perte de coordination musculaire mais également des changements dans la personnalité et l'intelligence. La maladie conduit au décès dans les 20 ans après l'apparition des symptômes. Comme d'autres maladies neurodégénératives dont la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson, la maladie de Huntington est causée lorsque certaines protéines ne se plient pas dans la forme structurelle nécessaire pour fonctionner correctement. Ces protéines mal repliées s'accumulent et deviennent toxiques pour les cellules nerveuses qui contrôlent le mouvement et la pensée.

Les chercheurs de la Duke examinent ici les causes de l'échec du processus cellulaire qui corrige ou élimine habituellement ces protéines mal repliées. Car il existe un mécanisme de contrôle qualité capable de remettre les protéines dans leur forme tridimensionnelle normale ou, lorsque les anomalies sont trop importantes, de les cibler pour les éliminer. Mais ce mécanisme est inopérant dans la maladie de Huntington. L’équipe a mené des expériences sur des levures, des souris modèles de Huntington et des cellules souches de patients atteints.

Une explication biochimique du dysfonctionnement du processus de contrôle de qualité dans la maladie de Huntington : en se concentrant sur des protéines spécialisées appelées chaperons qui rétablissent les protéines mal repliées dans leurs conformations, ils constatent que ces protéines chaperons sont anormalement rares chez les patients atteints. Le gène de contrôle de production de ces chaperons, HSF1, était détruit en effet, dans la maladie de Huntington en raison de la présence de niveaux anormalement élevés d'un modificateur chimique appelé CK2. En conséquence, les neurones meurent en raison de leur incapacité à produire des niveaux suffisants des chaperons bénéfiques.

Mais il est possible de restaurer le processus de contrôle qualité ! Les scientifiques montrent que le rétablissement des niveaux suffisants de chaperons protéiques par inhibition chimique de CK2 permet de rétablir le nombre de neurones en bonne santé et de bloquer les effets musculaires habituellement observés dans la maladie de Huntington. Avec plus de neurones sains, les symptômes caractéristiques de la maladie sont réduits. C’est donc la base de développement de nouveaux médicaments expérimentaux capables de retarder ou d’empêcher les processus cellulaires responsables de la neurodégénérescence de la maladie de Huntington, mais aussi de la maladie d'Alzheimer et de la maladie de Parkinson.

Source: Nature Communications 13 February 2017 doi:10.1038/ncomms14405 Abnormal degradation of the neuronal stress-protective transcription factor HSF1 in Huntington’s disease (Visuel@Alisa Weigandt for Duke Health)

Plus d’études sur la Maladie d’Huntington

Réagissez à cette actu sur Santé Blog

Cette actualité a été publiée le 13/02/2017 par P. Bernanose, D. de publication, avec la collaboration
de P. Pérochon, diététicien-nutritionniste, coordinateur éditorial.

Cette actualité est également disponible sur les espaces thématiques suivants :
Rhumato
Neuro
SHARE :
 
Consulter toutes nos actualités
publicités
 
ÉPILEPSIE SUPER-RÉFRACTAIRE : Le régime cétogène confirmé comme une option efficace
Actualité publiée il y a 3h58mn
ÂGE et DOULEUR NEUROPATHIQUE : Faut-il pratiquer une activité physique ?
Actualité publiée il y a 3h59mn
INFECTIONS CUTANÉES pédiatriques : L’antibiotique daptomycine efficace contre SARM
Actualité publiée il y a 3h01mn
DÉPRESSION, APATHIE ? Le rôle ambigu de la sérotonine sur la motivation
Actualité publiée il y a 3h01mn
PLAIE POST-OP : La santé psychologique du patient, une condition majeure de non complication
Actualité publiée hier
POLYARTHRITE et SCHIZOPHRÉNIE : Des voies de signalisation identiques, mais en sens inverse
Actualité publiée hier
ALZHEIMER, SUCRE et GLYCÉMIE, une liaison dangereuse
Actualité publiée hier
DÉVELOPPEMENT cérébral : Déterminé aussi par la vie intra-utérine
Actualité publiée hier
DÉPRESSION PRÉ et POST-PARTUM : Quels effets sur les enfants ?
Actualité publiée il y a 2 jours
MICROBIOTE : Des prébiotiques pour atténuer le stress et rétablir le sommeil
Actualité publiée il y a 2 jours
PHYSIOLOGIE : Qui transpire le plus, les hommes ou les femmes ?
Actualité publiée il y a 2 jours
PSYCHO : Et si nous étions câblés pour la facilité ?
Actualité publiée il y a 2 jours
CANCER de la Peau : Un nouveau test de détection rapide et non invasif
Actualité publiée il y a 3 jours
FIBROMYALGIE, ARTHRITE : Le patch chauffant qui surveille la réaction de la peau
Actualité publiée il y a 3 jours
LONGEVITÉ : 100.000 vers pour tester de nouveaux composés anti-âge
Actualité publiée il y a 3 jours
HORLOGE BIOLOGIQUE : Travail posté et pénibilité réduisent la fertilité
Actualité publiée il y a 3 jours
ALIMENTATION : 5 fruits et légumes par jour ? 10 c’est encore mieux !
Actualité publiée il y a 4 jours
DOULEURS au PIED : Dis-moi où tu as mal, je te dirai tes comorbidités
Actualité publiée il y a 4 jours
SOJA : Le secret de son bénéfice est dans l’équol
Actualité publiée il y a 4 jours
ARTHRITE PSORIASIQUE : Quand la dépression fait passer le pso de la peau aux articulations
Actualité publiée il y a 4 jours
PARKINSON : L’antibiotique capable de stopper la neurodégénérescence
Actualité publiée il y a 5 jours
CANCER du SEIN : L’exercice physique, la plus bénéfique des options pour la récupération
Actualité publiée il y a 5 jours
FIBROMYALGIE : Ce n’est pas un pot-pourri de maladies !
Actualité publiée il y a 5 jours
OBÉSITÉ INFANTILE et alimentation : Les parents sont-ils toujours de bon conseil ?
Actualité publiée il y a 5 jours
HORLOGE BIOLOGIQUE: La remettre à l'heure arrête la tumeur
Actualité publiée il y a 5 jours
NICOTINE, DROGUES : L’accoutumance des parents est-elle héréditaire ?
Actualité publiée il y a 5 jours
GROSSESSE et ANTI-ÉPILEPTIQUES : L’étude qui veut rassurer
Actualité publiée il y a 6 jours
COGNITION PERSÉVÉRANTE : Pourquoi il ne faut pas rapporter ses problèmes de travail à la maison
Actualité publiée il y a 6 jours
FIBROMYALGIE : L'ostéomyélite chronique, un vrai facteur déclencheur
Actualité publiée il y a 6 jours
SOIN des PLAIES : Des nanoparticules d'argent au chocolat
Actualité publiée il y a 6 jours
Consulter toutes nos actualités
 
 
  KauriWeb

Afficher toutes les thématiques