Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

ACCOUCHEMENT : Sur l’inégalité d’accès à la péridurale

Actualité publiée il y a 4 mois 2 semaines 2 jours
Obstetrics and Gynecology
Il existe une marge considérable d’amélioration possible dans l’équité d’accès aux soins de santé, y compris pour des soins pouvant être considérés comme primaires (Visuel Adobe Stock 103193253).

L'inégalité sociale largement associée à l’inégalité d’accès aux soins est ici également liée à un moindre accès à la péridurale lors de l'accouchement. En d’autres termes, les femmes appartenant à des groupes défavorisés vont bénéficier d’une moins bonne gestion de la douleur obstétricale. La recherche, présentée dans la revue Obstetrics and Gynecology révèle toute la marge d’amélioration possible dans l’équité d’accès aux soins de santé, y compris pour des soins devant être considérés comme primaires.

 

L'analgésie neuraxiale, qui peut être une analgésie rachidienne et péridurale combinée, est la technique la plus efficace pour soulager la douleur pendant le travail. Cette anesthésie contribue également à réduire la morbidité maternelle sévère. La recherche suggère une voie prometteuse pour améliorer la gestion de la douleur lors de l'accouchement et réduire les disparités en matière de santé maternelle.

 

L’étude est menée par une équipe de la Columbia University's Mailman School of Public Health auorès de femmes qui accouchent et sur l’utilisation de l'analgésie neuraxiale - un analgésique péridural ou spinal. Aux États-Unis, lieu de l’étude, environ les trois quarts des femmes reçoivent au cours du travail, une analgésie neuraxiale. Précisément, l’étude analyse les données de 1,7 million de femmes ayant accouché. L'iniquité sociale a été évaluée pour chaque participante en fonction du niveau d’études, d’emploi et du taux d'incarcération. La recherche révèle que :

 

  • les femmes de communautés moins favorisées sont environ 10 % moins susceptibles de bénéficier de cette anesthésie, pendant le travail ;
  • cette réduction de l’accès à la péridurale s’explique à la fois par la préférence des patientes liée à une insuffisance de l’éducation prénatale sur les options disponibles de la gestion de la douleur pendant le travail ;
  • mais également par un accès réduit à cette forme d’analgésie à l'hôpital qui pourrait être dû au manque d’équipe d'anesthésie obstétricale dédiée 24h/24 et 7j/7.

 

« L'iniquité sociale pourrait contribuer de manière significative à l’inéquité d’acès à la péridurale », résume l’auteur principal, le Dr Jean Guglielminotti, professeur d'anesthésiologie à l’Université Columbia : « Le racisme structurel, institutionnel et interpersonnel reste suggéré comme l'une des causes profondes des disparités dans l'accès et l'utilisation des soins périnatals ».  

 

La recherche suggère ainsi à développer les interventions permettant de réduire les disparités dans les soins, et tout particulièrement les soins plus spécialisés comme ceux d'anesthésie obstétricale. Avec des enjeux considérables en santé maternelle et pédiatrique.


Plus sur le Blog Pédiatrie
Plus sur le Blog Gynéco

Autres actualités sur le même thème