Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

ACUPUNCTURE : Elle conjure le risque d’AVC associé à la PR

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 5 jours
BMJ Open
La principale cause de décès chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde (PR) est la maladie cardiovasculaire, dont l’accident vasculaire cérébral (AVC) (Visuel Adobe Stock 394443748)

La principale cause de décès chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde (PR) est la maladie cardiovasculaire, dont l’accident vasculaire cérébral (AVC). Ces patients sont en effet bien plus susceptibles de subir un AVC qu’en population générale, notent ces chercheurs de la China Medical University (Taiwan) qui révèlent cependant, dans le BMJ Open, que l’acupuncture peut être une option efficace pour réduire ce risque accru d'accident vasculaire cérébral associé à la PR.

 

L'acupuncture est documentée et pratiquée pour contrôler la douleur et atténuer l'inflammation, cependant l’équipe voulait confirmer sa capacité à réduire le risque d’AVC ischémique (causé par un caillot sanguin dans le cerveau) associé à l’inflammation systémique caractéristique dans la PR. Les chercheurs observent ici ses avantages et cela indépendamment du sexe, de l’âge, de l’utilisation de médicaments ou de comorbidités préexistantes. Des bénéfices qui pourraient s’expliquer par un mécanisme de réduction des protéines pro-inflammatoires dans le corps.

L’acupuncture réduit le risque d’AVC de plus de 40 %

L’étude analyse les données des dossiers de santé de 47.809 participants récemment diagnostiqués avec une PR. L'analyse finale a inclus 23.226 participants pour lesquels les données étaient complètes, et dont 12.266 ont été traités par acupuncture après leur diagnostic. 11.613 d’entre eux ont été appariés en fonction de l'âge, du sexe, des comorbidités (diabète, hypertension artérielle, taux élevé de graisses dans le sang, insuffisance cardiaque congestive, anxiété/dépression, obésité, fibrillation auriculaire, dépendance à l'alcool et tabagisme, consommation de certains médicaments), avec d’autres patients atteints de PR mais non traités par acupuncture. L’analyse révèle :

 

  • une plus forte proportion de femmes, celles âgées de 40 à 59 ans et souffrant d'hypertension artérielle parmi les participants souffrant de PR ;
  • 87 % des participants du groupe d’intervention (acupuncture) ont été traités par acupuncture manuelle ;
  • 3 % par électroacupuncture ;
  • 10 % ont reçu les deux types d’acupuncture.
  • en moyenne, environ 3 ans se sont écoulés entre le diagnostic de PR et la 1ère séance d’acupuncture ;
  • en moyenne, les participants traités par acupuncture, en ont suivi 10 séances ;
  • le nombre de traitements étant en moyenne d'environ 10 au total.
  • au cours du suivi, 946 patients ont eu un AVC ischémique ;
  • ce risque augmente parallèlement à l’âge et au nombre de comorbidités ;
  • les personnes souffrant d'hypertension artérielle (HTA), sont plus de 2 fois plus susceptibles de subir un AVC, vs ceux ayant une tension artérielle normale ;
  • les participants diabétiques ont un risque accru de 58 % d’AVC ischémique ;
  • l’incidence de l’AVC ischémique est significativement réduite avec l’acupuncture :

  • 341 contre 605, ce qui équivaut à une réduction du risque de 43 % ;
  • cette réduction vaut indépendamment de l’âge, du sexe, de la consommation de médicaments et des comorbidités.

 

Il s’agit d’une étude observationnelle qui ne démontre pas la relation entre l’acupuncture et la réduction du risque d’AVC. Cependant, « l’inflammation est un facteur prédictif constant et indépendant de maladies cardiovasculaires dans la polyarthrite rhumatoïde et

l’acupuncture est bien documentée pour sa capacité à réduire l’inflammation ».

Plus sur le Blog Neuro
Plus sur le Blog Fibromyalgie

Autres actualités sur le même thème