Vous recherchez une actualité
Actualités

ALCOOL : Quel remède contre la « gueule de bois » ?

Actualité publiée il y a 4 mois 2 semaines 3 jours
Addiction
De nombreux produits, probiotiques, nutraceutiques, médicaments ou « remèdes de grand-mère » bénéficient d’allégations selon lesquelles ils pourraient permettre de soulager les symptômes de « la gueule de bois » (Visuel Fotolia 160814219)

De nombreux produits, probiotiques, nutraceutiques, médicaments ou « remèdes de grand-mère » promettent de soulager les symptômes de « la gueule de bois ». Cependant, à ce jour, aucune analyse des données de la littérature n’a été publiée sur le sujet. Cette équipe du King's College de Londres et du South London and Maudsley NHS Foundation Trust a mené cette revue systématique. Avec à la clé, une déception pour les buveurs invétérés : il n’existe aucune preuve scientifique convaincante qu’un de ces « remèdes » contre la gueule de bois puisse fonctionner, conclut l’équipe dans la revue Addiction.

 

De nombreux remèdes prétendent être efficaces contre les symptômes de la gueule de bois : parmi lesquels, ceux « passés en revue » par cette méta-analyse, dont, la curcumine, le probiotique Duolac ProAP4 (4 probiotiques : Lactobacillus gasseri CBT LGA1, Lactobacillus casei CBT LC5, Bifidobacterium lactis CBT BL3, and Bifidobacterium breve CBT BR3), la L-cystéine, la N-acétyl-L-cystéine (NAC), Rapid Recovery (un complément à base de L-cystéine, de thiamine, de pyridoxine et d’acide ascorbique), le loxoprofène (AINS), le SJP-001 (naproxène et fexofénadine), Phyllpro (Phyllanthus amarus), le Clovinol (extrait de clous de girofle), Hovenia dulcis Thunb (HDE, un supplément à base de plante, le raisinier de Chine), PEA, un supplément polysaccharides extrait de la plante acanthopanax, du ginseng rouge, du jus de poire coréenne, la L-ornithine, la figue de barbarie, l’extrait d'artichaut, ou encore le supplément « Morning-Fit » (à base de levure séchée, nitrate de thiamine, chlorhydrate de pyridoxine et riboflavine), le propranolol (bêtabloquant), l’acide tolfénamique (AINS), le chlorméthiazole (sédatif utilisé dans le traitement et la prévention des symptômes de sevrage aigu de l'alcool) et le pyritinol (analogue de la vitamine D).

Tous ces nutriments, probiotiques, suppléments ou médicaments, ont fait l’objet d’études scientifiques validées par les pairs.

Cependant, aucune revue complète de la littérature n’avait proposé jusque-là une synthèse de ces données.

 

La méta-analyse a porté précisément sur 21 essais randomisés contrôlés par placebo portant sur les effets de ces différents composés contre les symptômes de la gueule de bois. Elle n’identifie que des preuves de très faible qualité sur une efficacité possible de certains d’entre eux. Cette absence de significativité s’explique par différentes limitations méthodologiques, dont la méthode d’exposition à l’alcool (type, dose, avec ou sans nourriture) et dont les mesures parfois imprécises des effets étudiés. Sur les 21 études incluses, 8 ont été menées exclusivement auprès de participants masculins.

 

  • Les analgésiques courants tels que le paracétamol ou l'aspirine n'ont jamais évalués dans des essais contrôlés randomisés contrôlés par placebo pour leurs éventuels effets contre la gueule de bois, soulignent les auteurs.

 

Les chercheurs appellent à d’autres études, plus rigoureuses de l'efficacité de ces remèdes contre la gueule de bois afin de fournir aux praticiens et au public des informations précises fondées sur des preuves. Il semble également nécessaire d’intégrer des femmes lors de prochains essais. « Il existe une « spéculation continue » dans les médias quant aux remèdes pouvant soulager la gueule de bois, la question semble donc intéresser le public », relève l'auteur principal, le Dr Emmert Roberts, qui rappelle avec sagesse mais sans doute trop tardivement qu’il vaut mieux s'abstenir ou boire avec modération.

Autres actualités sur le même thème