Actualités

ALCOOLODÉPENDANCE : Les promesses de médicaments pour le cœur

Actualité publiée il y a 3 mois 14 heures 18 min
Molecular Psychiatry
Certains médicaments de l’insuffisance cardiaque démontrent ici un potentiel en tant que traitement des troubles liés à la consommation d'alcool (Visuel Adobe Stock 206375700).

Certains médicaments de l’insuffisance cardiaque démontrent ici, avec cette étude de pharmacologues experts du National Institute on Drug Abuse (NIDA), du National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism (NIAAA) et de la Yale School of Medicine, un potentiel en tant que traitement des troubles liés à la consommation d'alcool. Ces travaux, publiés dans la revue Molecular Psychiatry, suggèrent d'étudier plus avant le repositionnement de ces médicaments, dont, notamment, la spironolactone.

 

L'étude apporte des preuves convergentes, à partir d'expériences in vivo menées sur différents modèles mais aussi à travers des données de cohorte chez l'Homme, que le médicament, la spironolactone, pourrait jouer un rôle déterminant dans la réduction de la consommation d'alcool. L’analyse qui combine ainsi les résultats de plusieurs types d'études de recherches suggère que ses résultats sont « importants à la fois sur le plan scientifique et le plan clinique », commente l’auteur principal, le Dr Lorenzo Leggio, chef du Service de psychoneuroendocrinologie et de neuropsychopharmacologie du NIDA et du NIAAA.

 

3 médicaments seulement sont actuellement approuvés pour la prise en charge des troubles liés à la consommation d'alcool. S’ils sont considérés comme efficaces chez certaines personnes, il existe un besoin de nouveaux médicaments afin d’élargir les options de traitement. De précédentes recherches ont montré que les récepteurs minéralocorticoïdes, situés dans tout le cerveau et d'autres organes et qui aident à réguler l'équilibre hydrique et électrolytique dans le corps, pourraient jouer un rôle dans la consommation d'alcool et le « craving ». La recherche préclinique suggère que

la signalisation plus élevée des récepteurs minéralocorticoïdes contribue à l'augmentation de la consommation d'alcool.

L'étude reprend cette hypothèse en testant la spironolactone, un médicament aux multiples actions, indiqué dans le traitement de certains problèmes cardiaques dont l’insuffisance cardiaque et l'hypertension artérielle, qui induit un effet de blocage des récepteurs minéralocorticoïdes.

 

  • Dans des expériences menées sur des souris modèles de consommation excessive d'alcool, l’équipe constate que l'augmentation des doses de spironolactone diminue la consommation d'alcool sans causer de problèmes de mouvement ou de coordination, et sans affecter la consommation de nourriture ou d'eau ;
  • L’analyse des dossiers de santé d'un large échantillon de patients révèle une association significative entre le traitement à la spironolactone et la réduction de la consommation d'alcool autodéclarée, telle que mesurée par l'échelle Alcohol Use Disorders Identification Test-Consumption ;
  • les effets les plus marqués sont observés chez les participants qui ont déclaré des excès épisodiques d'alcool avant le début du traitement à la spironolactone.

 

Prises ensemble, ces premières données plaident pour le lancement d'études randomisées et contrôlées sur la spironolactone chez les personnes souffrant de troubles liés à la consommation d'alcool, afin de valider l’innocuité et l’efficacité du médicament, dans cette indication.

 

« Les personnes qui souffrent de troubles liés à la consommation de substances méritent de disposer d'une gamme d'options de traitement. Nous devons également nous attaquer à la stigmatisation et aux autres obstacles qui empêchent de nombreuses personnes dans ce cas d'accéder aux interventions et aux traitements ».

Plus sur le Blog Addictions

Autres actualités sur le même thème