Vous recherchez une actualité
Actualités

ALIMENTATION : Des légumes crucifères pour nos artères

Actualité publiée il y a 1 année 7 mois 1 semaine
Journal of the American Heart Association
la consommation de 3 portions de légumes ou plus par jour est associée à des parois des artères carotides en moyenne plus minces de 4,6%

Cette étude associe, précisément chez les femmes âgées, les apports alimentaires de légumes crucifères, comme le brocoli, le chou-fleur, le chou et les choux de Bruxelles à une meilleure santé cardiovasculaire. Des conclusions présentées dans le Journal of the American Heart Association qui ajoutent à la preuve des bénéfices d’un régime végétal en général, ainsi que de certains types de légumes, pour la santé des artères.

 

On connait déjà l’effet préventif des légumes crucifères (chou, chou-fleur, cresson, navet, radis, brocolis...) contre le cancer, en particulier en raison de leur concentration en glucosinolates, ces métabolites qui donnent ce léger goût piquant ou amer. Ces composants alimentaires bioactifs influencent les niveaux d'enzymes métabolisantes qui peuvent moduler l'inflammation et les niveaux d'œstrogène, ce qui peut atténuer les symptômes liés à certains traitements du cancer. Ici, l'étude ne prouve pas que les végétaux sont la cause directe de la différence d'épaisseur des parois artérielles, cependant ses résultats prennent bien en compte les facteurs de confusion possibles, dont le mode de vie des participantes, leurs antécédents médicaux et les autres composantes de leur alimentation.

 

Ces chercheurs australiens, des Universités Edith Cowan et Western Australia ont mené cette cohorte observationnelle comprenant 1.500 femmes âgées de plus de 70 ans. L’objectif ici était d’étudier les avantages potentiels d'un régime végétal en général, ainsi que ceux liés à la consommation de certains types de légumes, sur la santé des artères. Les chercheurs ont examiné les données de régime alimentaire des participantes, effectué des échographies de leur artère carotide à l’inclusion et 3 ans plus tard, et exclu les participantes ayant des antécédents d'athérosclérose ou de diabète. 954 participantes ont finalement participé à l’étude. Enfin, les chercheurs ont pris en compte les facteurs de confusion possibles, dont, l’âge, l’IMC, l’activité physique, la consommation d’alcool et le tabagisme, le niveau socio-économique, la prise de supplémentations ou de médicaments…

 

Les femmes qui consomment le plus de légumes présentent le moins de signe d’épaississement des parois de l'artère carotide commune, un vaisseau qui irrigue le cerveau et dont l’épaisseur des parois est liée au risque d'accident vasculaire cérébral (AVC).  Parmi les différents légumes, les crucifères sont les plus bénéfiques aux artères : il s’agit en particulier des légumes de la famille des Brassicaceae qui comprennent le brocoli, les choux de Bruxelles, le chou, le chou-fleur et le chou frisé. Précisément,

  • l'apport moyen en légumes s’élève à 2,7 portions par jour ;
  • la consommation de 3 portions de légumes ou plus par jour est associée à des parois des artères carotides en moyenne plus minces de 4,6% vs une consommation <2 portions par jour ;
  • chaque portion supplémentaire de 75 g de légumes par jour est associée à une épaisseur de 0,011 mm en moins de la paroi de l'artère carotide ;
  • chaque portion supplémentaire de 10 g de légumes crucifères par jour est associée à une épaisseur de 0,005 mm en moins de la paroi de l'artère carotide ;
  • la consommation d'autres type de légumes n'apparaît pas associée à l’épaisseur des artères ;

 

 

Ainsi, l’étude confirme que l'apport végétal total et l'ingestion de légumes crucifères sont liés à l’épaisseur des parois des artères carotides, indépendamment du mode de vie et des facteurs de risque cardiovasculaires, ainsi que d'autres facteurs de confusion alimentaires.

De plus, les auteurs concluent que ces différences identifiées dans l'épaisseur des parois artérielles sont « cliniquement significatives » car « une diminution de 0,1 mm de l'épaisseur de la paroi artérielle carotidienne » est associée à une diminution de 10 à 18% du risque d'infarctus du myocarde.

Autres actualités sur le même thème