Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

ALIMENTATION et LONGÉVITÉ : Plutôt moins de glucides ou moins de matières grasses ?

Actualité publiée il y a 1 année 1 mois 3 jours
JIM
Cette équipe s’interroge sur la capacité des régimes très faibles en glucides et en acides gras, à prolonger la vie (Visuel Adobe Stock 336763354)

Cette équipe de la Peking University s’interroge sur la capacité des régimes très faibles en glucides et en acides gras, à prolonger la vie des adultes d'âge moyen et plus âgés. En d’autres termes, sont-ce les sucres ou les graisses qui sont principalement en cause dans la mortalité prématurée ? Cette large étude, publiée dans le Journal of Internal Medicine (JIM), confirme prioritairement l’effet nocif et majeurs des acides gras saturés.

 

De précédents essais cliniques ont en effet suggéré les avantages pour la santé de tels régimes faibles en glucides (LCD : low-carbohydrate diet) et des régimes faibles en gras (LFD : low-fat diet) pour la perte de poids et la protection cardiaque, mais sans toutefois faire clairement la part des sucres et des graisses. Cette nouvelle étude examine les effets de ces régimes sur la mortalité des adultes d'âge moyen et plus âgés.

 

L’étude menée auprès de 371.159 participants âgés de 50 à 71 ans, suivis durant 23 ans, dont 165.698 sont décédés au cours du suivi, révèle que :

 

  • un LFD sain, caractérisé par un faible apport en graisses saturées et un apport élevé en protéines végétales et en glucides de haute qualité est lié à une réduction des décès de toutes causes, de maladies cardiovasculaires et de cancers ; ainsi, les participants adhérant dans le quintile le plus élevé à un LFD sain, bénéficient

d’une réduction de 18 % de la mortalité au cours du suivi,

d’une réduction du risque de décès cardiovasculaire de 16 % et par cancer de 18 %, par rapport aux participants situés dans le quintile plus bas ;

  • un LCD sain est également associé à des taux de mortalité inférieurs, mais légèrement, d’environ -5 % ;
  • en revanche, un LCD malsain, c’est-à-dire riche en acides gras saturés, est associé à des taux de mortalité toutes causes, de causes cardiovasculaire et par cancer significativement plus élevés (de 12 à 18 %) ;
  • le remplacement dans le cadre d’un apport calorique identique de 3 % de l’apport en graisses saturées par d'autres sous-types de macronutriments est associé à une réduction de la mortalité totale et par cause, significative.

 

Pris ensemble, ces résultats confirment, à nouveau, l'importance de réduire l’apport en graisses saturées, quel que soit le régime alimentaire, pour prévenir la mortalité toutes causes et plus spécifiquement chez les personnes d'âge moyen et plus âgées.

Plus sur le Blog Nutrition

Autres actualités sur le même thème