Vous recherchez une actualité
Actualités

ALLAITEMENT MATERNEL : Il réduit le risque d'hypertension chez la mère

Actualité publiée il y a 1 année 7 mois 1 semaine
American Journal of Hypertension
C’est l’une des premières études à établir une relation claire entre l'allaitement maternel et l'hypertension

C’est un nouveau bénéfice de l'allaitement maternel sur le risque d'hypertension, qui nous est révélé par cette étude à paraître dans l’American Journal of Hypertension. Et c’est au bénéfice des mères ! Ainsi, les femmes qui allaitent plus d'enfants, et pendant de plus longues périodes, sont moins susceptibles de souffrir d'hypertension après la ménopause. Un seul bémol, l’obésité peut contrer cet avantage…

La pression artérielle élevée est le plus grand facteur de risque unique de maladie et de mortalité. De multiples données épidémiologiques ont mis en évidence les effets bénéfiques de l'allaitement sur la santé des nourrissons et de leurs mères. En particulier, et pour n’en citer que quelques-uns, l'allaitement maternel à long terme est associé à une réduction des allergies des enfants, de la maladie cœliaque, de l'obésité et du diabète de type 2. Par ailleurs, des études ont également montré que l'absence d'allaitement maternel ou son arrêt prématuré étaient associés à un risque accru de diabète, de dyslipidémie, de syndrome métabolique, de maladie coronarienne et cardiovasculaire. Cependant, les effets de l'allaitement maternel sur la santé maternelle ont été moins largement mis en valeur, cette étude en documente un. Une raison supplémentaire, s’il en fallait, pour « allaiter » lorsque cela est possible.

 

C’est l’une des premières études à établir une relation claire entre l'allaitement maternel et l'hypertension, ici chez 3.119 femmes ménopausées non fumeuses âgées de 50 ans et plus et participant à la Korea National Health and Nutrition Examination Survey.

L’analyse montre qu’un plus grand nombre d'enfants allaités et une plus longue durée d'allaitement sont 2 facteurs associés à un risque d'hypertension réduit chez ces femmes ménopausées :

  • le quintile le plus élevé du nombre d'enfants allaités (5 à 11) est associé à un risque d'hypertension réduit de 51% vs quintile inférieur (0 à 1) ;
  • le quintile le plus élevé de la durée de l'allaitement maternel (96 à 324 mois) est associé à un risque d'hypertension réduit de 45% ;
  • cependant, le degré d'obésité et de résistance à l'insuline modère ce bénéfice de l’allaitement-hypertension.

 

 

Bien que le risque de nombreuses maladies chroniques ne soit pas associé à l'allaitement maternel, certains mécanismes ont déjà été suggérés pour expliquer les relations entre l'allaitement maternel et ces maladies. Tout d'abord, le métabolisme maternel (par exemple, l'accumulation de graisse et la résistance à l'insuline) peut être "réinitialisé" par l'allaitement maternel après la grossesse, ce qui diminuerait le risque de maladies liées à l'obésité.

Enfin, la libération d'oxytocine stimulée par l'allaitement peut également être associée à la diminution du risque de ces maladies.

Autres actualités sur le même thème