Vous recherchez une actualité

Actualités

ALLERGIE aux ARACHIDES : Vers un vaccin nasal qui détourne la réaction immunitaire

Actualité publiée il y a 1 mois 1 semaine 1 jour
Journal of Allergy & Clinical Immunology
L'administration de ce vaccin peut « effacer » l'allergie à l'arachide chez la souris

Ce candidat vaccin, testé ici chez la souris, se montre capable de supprimer les allergies aux arachides. Une nouvelle immunothérapie, développée à l’Université du Michigan et présentée dans le Journal of Allergy & Clinical Immunology qui pourrait modifier plus globalement les réactions immunitaires à la nourriture. Ici, c’est un soulagement prolongé des allergies aux arachides qui est démontré.

 

L'administration de ce vaccin permet d'« effacer » l'allergie à l'arachide chez la souris, sur le principe d’un schéma en 3 doses mensuelles et d’une administration nasale.

 

C’est le résultat de 20 années de recherche visant à la mise au point d’un vaccin capable de traiter, au sens large, les allergies alimentaires. Le principe de cette immunothérapie ? Rediriger la réponse aux arachides, des cellules immunitaires chez les souris allergiques. Et ce type différent de réponse immunitaire prévient les symptômes allergiques : « Nous modifions la façon dont les cellules immunitaires réagissent à l'exposition aux allergènes », explique l'auteur principal, Jessica O'Konek, chercheur au centre d'allergie alimentaire de l’Université. « Nous sommes capables de le faire, une fois que l'allergie est établie ».

 

Réorienter la réponse immunitaire permet non seulement de supprimer la réponse allergique mais d’empêcher l'activation des cellules à l’origine de cette réaction. Ici la preuve est apportée chez la souris qui, modèle d’allergie alimentaire, réagit à l’exposition aux arachides de la même manière que les humains allergiques, avec des symptômes similaires dont des démangeaisons de peau et des difficultés respiratoires. Les chercheurs évaluent la protection contre les réactions allergiques 2 semaines après l'administration de la dernière dose du vaccin et constatent une suppression durable des allergies.

 

Vers un essai clinique : ces premières données constituent les bases d’un prochain essai clinique, chez les humains donc. Le vaccin fournirait une alternative extrêmement attendue aux traitements actuels de l’allergie alimentaire, qui consistent à éviter les aliments allergènes ou à tenter de réduire les réactions allergiques.

Autres actualités sur le même thème

Pages