Vous recherchez une actualité
Actualités

ALOPÉCIE, CALVITIE : Un organoïde cutané complet, pour se refaire des cheveux

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 2 jours
Nature
Les chercheurs parviennent à un assemblage in vitro pour régénérer la peau in vivo (AdobeStock_56548149)

Cette équipe de bioingénieurs de l'Oregon Health & Science University et de Stanford nous présente un modèle ou organoïde de peau humaine velue ou chevelue, équipée de tout son réseau nerveux. Une reconstitution in vitro pour régénérer la peau et les cheveux in vivo. Une avancée documentée dans la revue Nature, qui ouvre l'espoir de "réparer" la chute des cheveux.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

La peau est un organe multicouche, garni d'appendices bien particuliers : de follicules et de glandes- essentiels pour réguler la température corporelle et la rétention des fluides corporels, se défendre contre les agressions externes et protéger contre certaines sensations douloureuses. Dans la régénération de la peau, le grand défi biomédical reste de pouvoir reproduire ces appendices complexes, dont les poils et les cheveux mais également les circuits nerveux.

Schéma Karl R. Koehler and Jiyoon Lee, Boston Children's Hospital/Harvard Medical School

Un assemblage in vitro pour régénérer la peau et les cheveux in vivo

Les organoïdes sont de petits groupements cellulaires cultivés en laboratoire qui sont conçus pour modéliser des organes et, dans ce cas, la peau. Ces travaux décrivent la création du premier premier organoïde de peau humaine à partir cellules souches pluripotentes, avec ses poils et ses réseaux nerveux.

Cette équipe de l’Oregon Health & Science University a développé un système de culture organoïde qui génère une peau complexe à partir de cellules souches pluripotentes humaines. En décryptant les voies de signalisation de facteurs de croissance permettant d’obtenir les cellules épithéliales adaptées, et au bout d’une période d'incubation de 4 à 5 mois, l’équipe décrit « l'émergence d'un organoïde cutané kystique composé d'épiderme stratifié, de derme riche en graisses et de follicules pileux pigmentés équipés de glandes sébacées ». L’organoïde présente également les circuits neuronaux associés au toucher humain. Enfin, par séquençage d'ARN unicellulaire et comparaison avec des échantillons cutanés fœtaux, les chercheurs confirment que les organoïdes cutanés développés sont équivalents à la peau du visage de fœtus humains au cours du deuxième trimestre de grossesse. Enfin, greffés sur des souris, ces organoïdes forment une peau garnie de poils.

 

Faire des cheveux from scratch : cette avancée pourrait permettre de produire des cheveux humains sans avoir à les prélever : « Pour la première fois, nous pourrions avoir, plus ou moins, une source illimitée de follicules pileux humains pour la recherche et la chirurgie reconstructrice ».

 

 

L’étude apporte ainsi une preuve du concept d'un assemblage in vitro permettant, à partir d’un organoïde, de régénérer la peau in vivo. Des organoïdes cutanés qui vont permettre de progresser, en médecine régénérative dans le développement de peau humaine, mais aussi dans la compréhension de certaines maladies cutanées, et en chirurgie reconstructive dans le traitement de la calvitie et de l’alopécie.

Autres actualités sur le même thème