Vous recherchez une actualité
Actualités

ALZHEIMER : 2 vieilles molécules contre le vieillissement cognitif

Actualité publiée il y a 2 années 6 mois 1 semaine
Brain

2 « vieilles » molécules pourraient être réutilisées pour lutter contre la démence, révèle cette étude britannique qui voient là, avec leur recherche sur l’animal, une piste à reprendre pour lutter contre la principale maladie chronique chez les personnes âgées. Un médicament utilisé dans le traitement de la dépression et un anticancéreux font en effet, dans la revue Brain, leurs premières preuves d’efficacité.

Les chercheurs des Universités de Cambridge, de Nottingham et de Leicester (UK) montrent, sur des souris modèles de maladies neurodégénératives, l'efficacité du chlorhydrate de trazodone, un médicament utilisé pour traiter la dépression et l'anxiété et du dibenzoylméthane, un médicament utilisé dans le traitement des cancers de la prostate et de l'intestin. Chez la souris, ces 2 médicaments contribuent à restaurer la mémoire, à réduire les différents signes de neurodégénérescence et s'avèrent sans effets indésirables sévères.


Les chercheurs ont mené ces recherches expérimentales en laboratoire sur des souris pour évaluer les effets de différents principes actifs sur les troubles du cerveau et le système nerveux. L'idée était d'identifier, à partir de plus d'un millier de molécules, les composés capables de contribuer à restaurer le fonctionnement normal du cerveau chez des souris ayant reçu une injection de prions, modèles de maladies neurodégénératives. Les chercheurs ont tout particulièrement testé le chlorhydrate de trazodone et le dibenzoylméthane. Les souris ont été traitées avec l'un des 2 médicaments vs placebo. Les chercheurs ont utilisé des tests cognitifs adaptés à la souris (reconnaissance d'objets, mémoire spatiale…) et ont examiné les signes de lésions cérébrales ainsi que de rétrécissement du cerveau caractéristiques des maladies neurodégénératives. L'expérience montre que ces 2 médicaments entraînent des effets prometteurs : ils permettent de restaurer la mémoire et de réduire le rétrécissement cérébral, chez l'animal. Le temps de survie des souris traitées est également prolongé.

Quel processus ? Les scientifiques démontrent que le chlorhydrate de trazodone et le dibenzoylméthane restaurent la production de protéines pour le coup bénéfiques et interrompent ainsi la progression de la neurodégénérescence. De plus, les 2 composés sont jugés sans danger pour les souris.

Cette recherche expérimentale de stade précoce démontre un effet neurologique bénéfique de la trazodone et du dibenzoylméthane sur les souris modèles de maladies neurodégénératives. Ces premiers tests sont prometteurs. Il s'agit donc d'une recherche importante qui pourrait, sous réserve d'essais cliniques concluants, ouvrir de vraies voies thérapeutiques efficaces et sécures. Autre avantage, la trazodone est déjà autorisée pour usage chez les personnes âgées, ce qui signifie une sécurité déjà bien validée. Les essais cliniques, a minima pour la tradozone dans le traitement des maladies neurodégénératives pourraient donc commencer rapidement.

Autres actualités sur le même thème