Actualités

APNÉE : Un médicament contre les pauses respiratoires

Actualité publiée il y a 1 mois 2 semaines 2 jours
American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine
De nombreuses équipes travaillent donc au développement de médicaments permettant de réduire la fréquence des pauses respiratoires liées à l'apnée du sommeil. (Visuel AAN)

Le traitement de première intention du syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS), par pression positive continue  est souvent mal acceptée et observée par les patients. De nombreuses équipes travaillent donc au développement de médicaments permettant de réduire la fréquence des pauses respiratoires liées à l'apnée du sommeil. C’est le cas de cette équipe de l’Université de Göteborg (Suède) qui ouvre la voie au premier médicament de l'apnée : ce premier essai montre ainsi, dans l’American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine une réduction de plus de 20 par heure du nombre de pauses respiratoires avec le médicament- le sulthiame, utilisé pour traiter l'épilepsie chez l’enfant.

 

Les chercheurs rappellent que le SAOS est caractérisé par une fermeture des voies respiratoires supérieures de l'arrière du nez à la gorge, de manière répétitive pendant le sommeil, ce qui limite l'apport en oxygène et provoque des réveils à raison de 100 fois ou plus par heure. Les personnes souffrant d'apnée du sommeil non traitée sont plus susceptibles de développer une maladie cardiovasculaire, une démence et une dépression.

 

Une équipe australienne avait déjà documenté dans le Journal of Physiology, que 2 médicaments existants, permettent de réduire la gravité de l'apnée du sommeil d'au moins 30 %.

 

Le nouveau traitement ici testé est un inhibiteur de l'anhydrase carbonique (AC), l'AC étant une enzyme qui sert à maintenir un équilibre entre l'acide carbonique et le dioxyde de carbone dans l'organisme. Plusieurs médicaments aux propriétés inhibitrices de l'AC sont déjà disponibles sur le marché et utilisés pour le traitement du glaucome, de l'épilepsie et d'autres troubles.

La piste des inhibiteurs de l'AC

Les précédentes recherches n’avaient pas systématiquement testé si les inhibiteurs de l'AC pouvaient également être utilisés pour traiter le SAOS. Cet essai clinique randomisé en double aveugle est mené auprès de 59 patients souffrant d’apnée modérée ou sévère, répartis en 3 groupes, recevant soit 400 ou 200 mg de l'inhibiteur de l'AC, soit un placebo, durant 4 semaines.

 

  • globalement, le traitement permet de réduire considérablement le nombre de pauses respiratoires et favorise l'oxygénation pendant la nuit ;
  • chez les patients ayant reçu la dose la plus élevée du médicament, le nombre de pauses respiratoires est réduit d'environ 20 par heure ;
  • pour un peu plus d'un tiers des participants, le médicament a permis de diviser par 2 le nombre de pauses respiratoires et chez 20% d'au moins 60 %
  • quelques effets secondaires sont relevés, tels que maux de tête et l’essoufflement, des symptômes plus fréquents chez les patients ayant reçu la dose la plus élevée.

 

Le sulthiame, un inhibiteur de l'AC, indiqué notamment dans l’épilepsie pourrait ainsi être repositionné dans le traitement de l'apnée obstructive du sommeil, conclut l’auteur principal, le Dr Jan Hedner, professeur de médecine pulmonaire. Le fait que plusieurs inhibiteurs de l'AC soient déjà approuvés et disponibles sur le marché, rend possible le repositionnement rapide d'un médicament pour l'apnée du sommeil.

 

Enfin, les auteurs rappellent les réticences à l’observance du traitement standard, la thérapie par pression positive ou CPAP (Continuous Positive Airway Pressure). « Il faut du temps pour s'habituer à cette option thérapeutique, souvent perçue comme intrusive ou encombrante. Si nous développons un médicament efficace, il facilitera donc la vie de nombreux patients, évitera de nombreuses complications et, à long terme, sauvera plus de vies ».

Autres actualités sur le même thème