Actualités

ARTHROSE du GENOU : Plus de risque avec plus d’exercice physique ?

Actualité publiée il y a 1 année 6 jours 2 heures
Arthritis & Rheumatology
L'activité physique -son intensité et sa durée- a-t-elle un impact sur le risque d'arthrose du genou ?  (Visuel Fotolia 51945753)

L'activité physique -son intensité et sa durée- a-t-elle un impact "à la longue" sur le risque d'arthrose du genou ? Cette méta-analyse menée à l'Université d'Oxford et publiée dans la revue Arthritis & Rheumatology n’identifie absolument aucun lien entre la quantité, la durée ou même l’intensité de l'activité physique et le risque d’arthrose du genou. Ainsi, pratiquer régulièrement un exercice intense n'entraîne pas à long terme une augmentation du risque d'arthrose du genou.

 

Cette méta-analyse de 6 études internationales, portant au total sur 5.065 participants souffrant ou exempts d’arthrose du genou; suivis pendant 5 à 12 ans, exclut ainsi tout  risque corrélé à la pratique fréquente, durable ou intense de l’exercice physique. « Le fait de savoir que la quantité d'activité physique et le temps passé à la pratique ne sont pas associés au développement de l'arthrose du genou est une donnée importante pour le public et pour les médecins -qui ont aussi besoin de cette information, par exemple lorsqu’ils conseillent la pratique d'une activité physique pour améliorer un résultat de santé », commente l’un des auteurs principaux, le Dr Thomas Perry, de l'Université d'Oxford.

La pratique même intense d’un sport n'entraîne pas de risque d’arthrose

Précisément, il s’agit de l’analyse des données de 6 cohortes de participants exempts de signe d'arthrose du genou et de polyarthrite rhumatoïde (PR) à l’inclusion. Les participants ont été suivis pendant 5 à 12 ans pour l’arthrose et la douleur au genou. Les activités prises en compte comprenaient les pratiques sportives ainsi que la marche et le vélo. L’activité physique a été évaluée en équivalents métaboliques (METs) /jour et par semaine. L’analyse confirme que :

  • Les associations entre l’incidence de l’arthrose du genou et/ou de la douleur ressentie au genou avec les niveaux de pratique de l’activité physique ne sont jamais significatives ;

 

En synthèse, la dépense énergétique physiologique du corps pendant les activités physiques, récréatives et sportives, n'est pas associée à l’incidence de l'arthrose du genou. Il serait cependant intéressant d’évaluer le rôle des blessures subies lors de l’exercice physique, qui pourraient peser dans le risque (absolu) d’arthrose, relèvent en conclusion les chercheurs.

 

 

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités