Vous recherchez une actualité
Actualités

RHUMATISME PSORIASIQUE : L'obésité fait sa sévérité

Actualité publiée il y a 4 mois 2 semaines 3 heures
EULAR 2019
Le rhumatisme psoriasique semble nettement aggravé par le surpoids

30 % des personnes atteintes de psoriasis souffrent de douleurs articulaires ou d’arthrite. Ce rhumatisme psoriasique semble nettement aggravé par le surpoids, souligne cette étude, présentée à l’Annual European Congress of Rheumatology (EULAR 2019). Ces résultats soulignent la nécessité d'interventions de perte de poids combinées au traitement symptomatique chez les patients atteints de rhumatisme psoriasique.

 

L’étude démontre en effet, une corrélation significative entre l'indice de masse corporelle (IMC) et la sévérité de la maladie dans le rhumatisme psoriasique. Une conclusion peu anodine alors qu’en affectant à la fois la peau et les articulations, l'arthrite psoriasique est une maladie inflammatoire qui provoque des douleurs et un lourd handicap. La maladie provoque également fréquemment le gonflement des doigts et des orteils, principalement en raison d'une inflammation des articulations. Bien que le rhumatisme psoriasique ait déjà été associé à une prévalence accrue de l’obésité et du surpoids, peu d'études avaient encore évalué le lien entre le poids et la sévérité de la maladie.

 

Obésité = sévérité du rhumatisme

L’analyse des données portant sur 917 patients de 8 pays européens montre ainsi que :

  • l’IMC est un facteur clé de sévérité des symptômes,
  • indépendamment corrélé à l'activité de la maladie,
  • et indépendamment corrélé à l'impact de la maladie tel que perçu par le patient,
  • indépendamment corrélé à l'invalidité.
  • Ainsi, chez les patients atteints obèses et non obèses, la mesure de l'activité de la maladie est respectivement sur une échelle sur 100, de 33,4 vs 27,7,
  • la mesure de l'impact de la maladie tel que perçu par le patient, sur une échelle de 10, est respectivement de 6,3 vs 5,3 ;
  • la mesure d’incapacité, sur une échelle en 3 points, est respectivement de 1,36 vs 1,03.

 

 

Ces résultats mettent clairement en évidence l'impact indépendant de l'obésité et la nécessité d’interventions sur le mode de vie pour gérer le poids dans l'arthrite psoriasique, en plus des traitements standards articulaires et cutanés.

« Il existe des preuves de plus en plus nombreuses décrivant comment les tissus adipeux agissent en tant qu'organe actif dans les troubles métaboliques et inflammatoires. De plus, l'obésité peut réduire, pour des raisons pharmacocinétiques, l'efficacité de certains traitements".

Autres actualités sur le même thème