Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

ASPIRINE : 1 semaine d'antibiotique pour réduire le risque de saignement

Actualité publiée il y a 1 année 6 mois 3 semaines
The Lancet
Le risque de saignement de l'estomac causé par l'utilisation à long terme de l'aspirine peut être réduit avec un court traitement antibiotique (Visuel Fotolia 104356302)

Cet essai clinique majeur, mené à Université de Nottingham et publié dans le Lancet, montre comment réduire le risque de saignement de l'estomac parfois causé par l'utilisation régulière d'aspirine.  La recherche révèle en effet que le risque de saignement de l'estomac causé par l'utilisation à long terme de l'aspirine peut être réduit avec un court traitement antibiotique, qui améliore ainsi la sécurité de l'aspirine lorsqu'utilisé pour prévenir les crises cardiaques, accidents vasculaires cérébraux (AVC) et peut-être certains cancers.

 

L'aspirine à faible dose est un médicament préventif très utile chez les personnes à risque élevé d’événement cardiaque. Cependant, en de rares occasions, le médicament peut provoquer une hémorragie interne de l'ulcère : en fluidifiant le sang, l'aspirine fait saigner les ulcères de l'estomac.

Or ces ulcères peuvent être causés par la bactérie, Helicobacter pylori

L’étude : il s’agit de l'essai HEAT (Helicobacter pylori Eradication Aspirin), mené par le Dr Chris Hawkey expert des maladies digestives à l'Université de Nottingham et son équipe, l'équipe STAR (Simple Trials for Academic Research). L’objectif de l’essai est de regarder si un court traitement antibiotique visant à éliminer ces bactéries peut permettre de réduire le risque de saignement chez les patients utilisateurs d'aspirine.

1 an et demi de tranquilité

L’étude est menée auprès de 1.208 cabinets de médecine générale au Royaume-Uni et analyse les données cliniques des dossiers électroniques patients nourris par les médecins généralistes et les hôpitaux. Au total, les chercheurs ont identifié 188.875 patients qui prenaient de l'aspirine dont 30.166 ont accepté de participer à l'étude. Les participants testés positifs pour H. pylori ont été répartis au hasard pour recevoir des antibiotiques ou un placebo et ont été suivis jusqu'à 7 ans. L’analyse révèle que :

 

  • au cours des 2 premières années et demie, les participants ayant reçu un traitement antibiotique sont moins susceptibles d'être hospitalisés en raison d'un saignement d'ulcère que les témoins ;
  • les témoins, ayant reçu un placebo donc, subissent une première hospitalisation pour saignement d'ulcère dès le 6è jours, alors que les participants du groupe d’intervention ne sont pas hospitalisés avant 525 jours après le traitement antibiotique ;
  • mais sur une période plus longue, la protection de l’aspirine semble s'estomper ;
  • cependant, le taux global d'hospitalisation pour saignement d'ulcère reste toujours plus faible que prévu, ce qui suggère que la maladie ulcéreuse est en déclin ;
  • le risque de saignement est plus élevé lorsque les gens commencent à prendre de l'aspirine.
  • C’est alors, suggèrent les chercheurs, que la détection de H. pylori et le traitement antibiotique sont probablement les plus efficaces.

 

« L'aspirine présente de nombreux avantages en termes de réduction du risque de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral chez les personnes à risque élevé. Il existe également des preuves que l’aspirine est capable de ralentir certains cancers. L'essai HEAT démontre que le saignement des ulcères peut être considérablement réduit après

une semaine d'antibiotique seulement ».

Autres actualités sur le même thème