Actualités

PRESSION ARTÉRIELLE : Un contrôle toujours insuffisant et très disparate

Actualité publiée il y a 2 semaines 2 jours 5 heures
Cardiovascular Research
Mais pourquoi la plupart des pays n'ont pas réussi à montrer des améliorations significatives des taux de contrôle de la tension artérielle au cours de ces 30 dernières années ? (Visuel Adobe Stock 242981454)

Dénoncer les disparités mondiales dans le contrôle de la pression artérielle, c’est la mission que s’est donnée cette équipe de cardiologues du Ochsner Health System (Louisiane), membre de la Society of Hypertension. L’objectif est à la fois de dresser un état des lieux mondial de ce contrôle sanitaire de base en soins primaires mais également de proposer les solutions spécifiques à chaque région du monde pour faire face à cette « crise sanitaire mondiale ». Ces données, présentées dans la revue Cardiovascular Research, permettent de comprendre pourquoi la plupart des pays n'ont pas réussi à montrer des améliorations significatives des taux de contrôle de la tension artérielle au cours de ces 30 dernières années-au contraire des progrès considérables des traitements.

 

L’un des auteurs principaux, le Dr Jafar Alsaid, néphrologue au Ochsner Health résume :

l'hypertension (HTA), ou une pression artérielle élevée, affecte un tiers de la population mondiale.

L’HTA reste la principale cause de mortalité associée aux maladies non transmissibles dans le monde. Sa prévalence continue d'augmenter, principalement dans les pays aux ressources limitées. La prévalence la plus élevée et les taux les plus faibles d'identification, de traitement et de contrôle sont, simultanément signalés dans ces pays. L'étude souligne également que l’HTA entraîne 10,8 millions de décès chaque année et ces 40 dernières années, son incidence a progressé de 90 % dans le monde, principalement dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Pourquoi cette absence de progrès dans le contrôle de la pression artérielle ?

Les principaux moteurs sont la croissance démographique, le vieillissement, les environnements de vie malsains, une mauvaise alimentation, les modes de vie sédentaires et l'accès limité aux soins de santé de qualité. Fait remarquable et préoccupant, les taux de TA augmentent parmi les populations plus jeunes, notamment les enfants.

La plupart de ces jeunes patients hypertendus ne sont diagnostiqués que plus tard dans la vie,

une fois des dommages aux organes cibles déjà bien établis.

 

Mais comment améliorer l’égalité de contrôle de la pression artérielle ? Accroître les efforts de prévention, en sensibilisant notamment l’ensemble des professionnels de soins primaires à l’importance d’un contrôle régulier. La prévention, plus que le traitement pourrait être la clé pour résoudre ce « gap » dans les années à venir. La prévention devrait englober également les mesures de mode de vie permettant de réduire les risques d’obésité et de diabète, des facteurs majeurs à l'origine de l'augmentation des maladies et de la mortalité cardiovasculaires.

 

« Nous nous concentrons depuis toujours sur le traitement, sans parvenir ainsi à contrôler la prévalence de la maladie. Il est temps de nous concentrer davantage sur la prévention, en améliorant la détection précoce, spécifiquement chez nos jeunes. Une action immédiate est nécessaire pour améliorer la prévention de l'hypertension à l'échelle mondiale ».

Autres actualités sur le même thème