Vous recherchez une actualité
Actualités

AUDITION: L'écoute intensive de musique amplifiée multipliée par 3 en 10 ans

Actualité publiée il y a 5 années 10 mois 3 semaines
InVS- BEH

Cette analyse de données du baromètre Santé 214 proposée dans la dernière édition du Bulletin hebdo de l‘Institut de Veille sanitaire appelle à de renforcer les interventions de prévention visant à préserver le capital auditif, en particulier chez les adolescents et les jeunes adultes. En effet, depuis 2007, si la fréquentation des lieux festifs à volume sonore élevé est en diminution depuis 2007, la part des 18-35 ans ayant un usage fréquent et intensif d’écoute de musique amplifiée avec un casque ou des écouteurs a été multipliée par trois, passant de 4% à 13%.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a alerté sur la menace et la gravité pour l'audition associée à l'exposition à des niveaux sonores dangereux, liés en particulier, à l'écoute de musiques dites « amplifiées ». En France, la réglementation française impose des limitations de puissance sonore : en sortie de casque la puissance sonore maximale a été fixée à 100 décibels (dB), et des avertissements sont désormais obligatoires sur ces dispositifs.


Les chercheurs de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) concluent ici, chez 4.859 participants, âgés de 15-35 ans, que 13% ont un usage fréquent et intensif d'écoute avec un casque ou des écouteurs, un comportement qui touche surtout les plus jeunes, et décroît avec l'âge. Une exposition qui vient s'ajouter à la fréquentation de lieux festifs à volumes sonores élevés. Précisément,

· l'écoute de musique amplifiée au casque ou avec des écouteurs concerne aujourd'hui 73,2% des 15-35 ans et 96,2% des 15-19 ans,

· l'usage fréquent et intensif concerne 13,3% des jeunes adultes (sans différence entre hommes

· et femmes) et 25,4% des 15-19 ans,

· cet usage concerne davantage les personnes non scolarisées, sans activité professionnelle ou vivant dans un foyer monoparental

· c'est enfin un comportement plus « urbain » plus fréquent dans les agglomérations de plus de 100.000 habitants.

Ø Enfin, il y a en général double exposition, car les jeunes qui écoutent la musique au casque sont aussi ceux qui fréquentent le plus les lieux de loisirs à niveau sonore élevé.

Bref des données qui permettent aujourd'hui de mieux cibler les interventions de prévention.

Autres actualités sur le même thème