Vous recherchez une actualité
Actualités

AVC: Pourquoi l'exercice physique est propice à la récupération

Actualité publiée il y a 3 années 7 mois 3 semaines
Frontiers in Aging Neuroscience

Comment l'exercice physique peut-il contribuer à la récupération post-AVC ? Une question primordiale alors que le degré de récupération d’un patient atteint d'accident vasculaire cérébral est largement déterminé par la capacité du cerveau à se réorganiser. Comprendre comment l’exercice peut améliorer cette capacité est donc essentiel dans le développement de meilleures thérapies de réadaptation. Des données qui confirment et documentent, dans la revue Frontiers in Aging Neuroscience, le double effet exercice face à l’AVC, à la fois préventif et thérapeutique.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Paralysie, troubles de la parole et perte de mémoire, les séquelles d'un AVC peuvent changer la vie avec un degré de sévérité lié à l'emplacement et l'importance des dommages aux tissus cérébraux. On sait par ailleurs que l'exercice physique a des effets positifs non seulement sur la santé physique et sur le bien-être général mais également sur la performance cognitive : il retarde la perte de mémoire et améliore la capacité cognitive à l'âge avancé. Cette étude met en exergue 2 avantages en regard de l'AVC : pratiquer spontanément et régulièrement l'exercice physique contribue à protéger le cerveau contre les effets dommageables de l'AVC. Et reprendre un exercice adapté, post-AVC accélère la récupération et protège contre le risque de second AVC. « Notre étude suggère que l'exercice physique peut être un facteur préventif, mais également une approche thérapeutique pour optimiser la récupération après un AVC », explique le Dr Evgenia Kalogeraki, auteur principal et chercheur à la Georg-August University (Allemagne). De précédentes recherches de la même équipe ont montré que les souris qui grandissent dans un environnement leur permettant de « pratiquer » comme avec une roue d'exercice maintiennent un cerveau plus jeune à l'âge adulte. Ici, les chercheurs ont confirmé ces avantages, et regardé, si en plus, l'exercice pouvait contribuer à la réparation du cerveau après un AVC. La « plasticité » du cerveau a été évaluée par l'intermédiaire de la capacité du cerveau à changer de dominance oculaire (soit la plasticité de la dominance oculaire), une capacité qui décline normalement avec l'âge. L'étude confirme : -les effets anti-vieillissement, sur le cerveau, de l'exercice physique volontaire : les souris plus âgées qui « pratiquent » conservent cette plasticité de la dominance oculaire, -les souris ayant libre accès à une roue de course maintiennent cette plasticité de la domination oculaire même après avoir subi un AVC et à un niveau identique que des souris du même âge qui n'ont pas accès à la roue d'exercice, -les souris avec libre accès à une roue d'exercice et qui « pratiquent » tout au long de leur vie sont mieux en mesure de prévenir/réduire les effets néfastes de l'AVC, -l'exercice apparaît efficace, toujours chez les souris, modèles d'AVC : des souris sans accès préalable à l'exercice mais encouragée à pratiquer post-AVC, récupèrent aussi vite que des souris sportives avant l'AVC.


L'exercice physique, une thérapie simple mais efficace pour protéger et réhabiliter les patients à risque ou victimes d'AVC. Le fait que le cerveau soit capable de retrouver une seconde jeunesse par l'exercice physique après un AVC suggère qu'il n'est jamais trop tard pour bénéficier de l'exercice. Les études sont d'ailleurs de plus en plus nombreuses à démontrer les bénéfices de l'exercice physique sur la santé cérébrale.

Physical Exercise Preserves Adult Visual Plasticity in Mice and Restores it after a Stroke in the Somatosensory Cortex
Lire aussi: Post-AVC: 6 mois d'exercice physique font progresser la mémoire et la réflexion -

Autres actualités sur le même thème