Vous recherchez une actualité
Actualités

BIOPSIE LIQUIDE, SALIVAOMIQUE : Les fondements du diagnostic de demain ?

Actualité publiée il y a 1 année 1 mois 2 semaines
2018 IADR /PER
On « parle » déjà de génomique ou de protéomique, la « salivaomique » pourrait devenir le fondement du diagnostic de demain.

Cet expert qui présente ses perspectives à la 96è Session of the International Association for Dental Research (IADR) reconsidère la voie de la biopsie liquide comme une voie d’avenir pour la technique diagnostique. Précisément, la salive pourrait devenir le liquide biologique de première intention pour l’analyse biologique ou la « biopsie liquide ». Ainsi, comme on « parle » déjà de génomique ou de protéomique, l’auteur consacre les « omics » de la salive : la « salivaomique » pourrait ainsi devenir le fondement du diagnostic de demain.  

 

David Wong, de l’Université de Californie, Los Angeles rappelle ainsi l’évolution rapide, continue et considérable des méthodes de diagnostic, des traitements et des soins aux patients. Ainsi, la détection précoce devient un facteur essentiel de réduction de la morbidité et de la mortalité car elle permet de détecter la maladie à un stade où elle est encore traitable. La biopsie liquide et salivaire fait, pour cet expert, partie sinon est le pilier de l'évaluation précoce, en particulier dans le cas du cancer du poumon en raison de ses performances cliniques, du processus de collecte non invasif et extrêmement simple et du transport et su stockage de la salive.

 

Le test salivaire n’en est plus à ses débuts : De nombreuses études ont été menées sur l'utilisation de la salive pour mesurer les hormones de stress, les niveaux d'enzymes, les mutations cancéreuses et d’autres biomarqueurs de maladies. « Il existe une variété de scenarii avec lesquels la salive peut être utilisée », explique le Dr Wong.

 

Une application « phare », dans le cancer du poumon : « L'une des frontières émergentes les plus excitantes de la salive est la biopsie liquide, un moyen non invasif d'évaluer la présence et les caractéristiques du cancer chez un patient atteint d'un nodule pulmonaire indéterminé détecté par tomographie informatisée à faible dose. La biopsie liquide salivaire offre les meilleures performances dans la détection de l'ADN tumoral circulant du cancer du poumon », explique le chercheur.

Ainsi, en cas de biomarqueurs salivaires validés, la salive et le diagnostic salivaire, par sa simplicité et son faible coût, pourrait permettre d’ouvrir considérablement de nombreux soins « précoces » et personnalisés à de nombreux patients.

 

Un nouveau paradigme dans l’analyse biologique donc, mais aussi dans les soins de santé de haute qualité permettant aux médecins, aux dentistes et aux patients d’accéder à un suivi médical en temps réel et à une médecine préventive et personnalisée.

Autres actualités sur le même thème