Actualités

CAFÉ : Il permet aussi de mieux digérer

Actualité publiée il y a 4 mois 3 semaines 5 jours
Nutrients
C’est l’une des premières revues à documenter ces bénéfices du café sur la digestion (Visuel Adobe Stock)

C’est l’une des premières revues à documenter ces bénéfices du café sur la digestion. C’est donc un nouvel avantage de la consommation modérée de café, que met en avant cette équipe de chercheurs français de l’hôpital Necker-Enfants Malades Hospital, de l’Université Paris Descartes et de la faculté de médecine de Strasbourg : cet examen de la littérature, publié dans la revue Nutrients, constate que la consommation de café a des effets stimulants sur le processus digestif, ainsi qu'un effet protecteur contre les calculs biliaires et certaines maladies du foie.

 

L'examen, soutenu par l'Institut d'information scientifique sur le café (ISIC) révèle que la consommation modérée de café -définie comme 3 à 5 tasses de café par jour- stimule les processus digestifs et facilite le mouvement dans le côlon, il semble modifier notre microbiote intestinal, augmentant le nombre de « bonnes bactéries » et enfin, il exerce des effets protecteurs contre certaines maladies du foie.

Le café stimule le tractus gastro-intestinal

Cet examen de 194 publications centrées sur les effets du café sur le tractus gastro-intestinal, qui confirme qu'une consommation modérée n’entraîne pas d'effets nocifs sur les différents organes du tube digestif mais réduit le risque de calculs biliaires et de pancréatite. Ainsi, parmi les différentes actions du café identifiées :

 

  • le café stimule les sécrétions gastriques, biliaires et pancréatiques, toutes nécessaires à la digestion des aliments ;
  • il stimule également la production de l'hormone digestive gastrine et l'acide chlorhydrique, présent dans le suc gastrique, 2 composés qui aident à décomposer les aliments ;
  • enfin le café stimule aussi la sécrétion de cholécystokinine (CCK), une hormone qui augmente la production de bile, également impliquée dans la digestion ;
  • le café apparaît associé à des changements dans la composition du microbiote intestinal et principalement au niveau de la population de Bifidobacteria, de « bonnes » bactéries ;
  • le café favorise la motilité du côlon ou le processus par lequel les aliments traversent le tube digestif : le café peut stimuler la motilité du côlon autant que les céréales, 23 % de plus que le café décaféiné ou 60 % de plus qu'un verre d'eau ;
  • ainsi, le café est associé à un risque réduit de constipation chronique ; cependant son effet contre le RGO (reflux gastro-œsophagien) n’est pas démontré.
  • Le café exerce un effet protecteur du café contre les maladies du foie, y compris le carcinome hépatocellulaire, l'un des types les plus courants de cancer du foie, ajoutent les chercheurs.

 

L’auteur principal, le chercheur Astrid Nehlig, directrice de recherche émérite à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) commente ces résultats : « la consommation de café n'est donc pas globalement liée à des problèmes intestinaux ou digestifs. Dans certains cas, le café exerce un effet protecteur contre les troubles digestifs courants tels que la constipation. De nouvelles données indiquent également qu'il pourrait y avoir une association avec des niveaux améliorés de communautés bactériennes intestinales tels que les bifidobactéries ayant des effets bénéfiques reconnus ».

Autres actualités sur le même thème