Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de la PROSTATE : Il adore les acides gras

Actualité publiée il y a 1 année 6 mois 1 semaine
Science Translational Medicine
Les tumeurs de la prostate se nourrissent d’acides gras.

« Laisse tomber le gras », écrivent les chercheurs de l’Université de Melbourne, qui démontrent, avec leurs travaux présentés dans la revue Science Translational Medicine, que les tumeurs de la prostate se nourrissent d’acides gras. Précisément, l’absorption des acides gras semble accrue dans les tissus cancéreux de la prostate chez l’Homme. Et cette absorption accrue est médiée par les niveaux d’une protéine, CD36 qui apparait ici comme une cible prometteuse pour freiner la progression de ce cancer. Mais, plus simplement, réduire ses apports d’acides gras avec un régime alimentaire plus allégé pourrait aussi réduire l’agressivité de la tumeur…

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Le cancer de la prostate est l'une des tumeurs les plus courantes chez l'homme (8% de tous les cas de cancer), c’est le deuxième cancer le plus diagnostiqué soit 15% des diagnostics de cancer chez les hommes. Si en général, son taux de croissance est lent, la prévention de sa progression vers une phase plus agressive constitue un défi majeur.

 

Alors que le rôle du métabolisme des lipides dans la progression de la maladie reste mal compris, les chercheurs ont analysé des tissus de patients atteints de cancer de la prostate et de modèles murins ayant subi des xénogreffes dérivées du patient. Les chercheurs constatent que :

  • l’absorption d’acides gras est augmentée dans les tissus cancéreux de la prostate chez l’homme et qu’une protéine, transporteur d'acide gras, CD36, est impliquée dans cette augmentation ;
  • la suppression de CD36 dans la prostate de souris prédisposées au cancer, permet de réduire cette absorption d’acides gras et de ralentir la progression du cancer ;
  • une thérapie par anticorps anti-CD36 permet de réduire l’agressivité de la tumeur dans les xénogreffes dérivées du patient ;
  • le double ciblage de la voie d'absorption des acides gras et de la lipogenèse de novo permet d’inhiber la prolifération cellulaire du cancer.

 

Pris ensemble, ces résultats identifient un rôle critique de CD36 pour l'absorption des acides gras dans le cancer de la prostate et suggèrent que le ciblage de la protéine, ou de la voie d’absorption des acides gras pourrait être une stratégie efficace pour traiter ce cancer.

 

Les tumeurs de la prostate se nourrissent ainsi d’acides gras : ce programme de recherche sur le métabolisme du cancer et sur les sources « de carburant » des cancers, révèle ainsi les acides gras comme une source importante de tumeurs de la prostate.  Ces données contribuent à expliquer le lien étroit déjà documenté entre l'obésité, l'alimentation et certains cancers dont le cancer de la prostate. De plus, soulignent les chercheurs, les patients atteints qui consomment en quantité des acides gras saturés semblent avoir des formes plus agressives de cancer.

 

« Notre concept consiste à administrer plus tôt un traitement adapté afin d'empêcher le cancer d'atteindre un stade agressif ou tardif. Nos études suggèrent que le blocage du transport des acides gras est un moyen d'y parvenir ».

Autres actualités sur le même thème