Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER du SEIN: Le microbiome mammaire signe les tissus cancéreux

Actualité publiée il y a 4 années 8 mois 1 semaine
Scientific Reports

Témoin de notre évolution, de notre hérédité, de notre immunité et de notre état de santé général, bien analysé, notre microbiome peut révéler beaucoup de notre histoire passée et à venir. Cette étude de la Mayo Clinic montre ainsi le rôle clé de marqueur de cancer, que peuvent aussi jouer nos communautés bactériennes. Ainsi, les chercheurs identifient des différences bactériennes entre les tissus sains et cancéreux du sein.

Les chercheurs ont analysé l'ADN bactérien d'échantillons de tissus mammaires prélevés en salle d'opération dans des conditions stériles et montrent que les communautés bactériennes ne sont donc pas les mêmes dans le tissu mammaire des femmes avec et sans cancer du sein. Des différences significatives dans le microbiome du tissu mammaire des femmes atteintes, qui constituent une sorte de signature bactérienne. Une signature bactérienne : le Dr. Tina Hieken, chirurgien oncologue à la Mayo Clinic explique, qu'appliquées au cancer du sein, la principale cause de décès par cancer chez les femmes, ces différences dans le microbiome associées au risque de développement, d'agressivité ou de diffusion du cancer peuvent permettre de mieux orienter les traitements. Ainsi, il est possible de distinguer, à partir de l'analyse du microbiome mammaire, un cancer du sein bénin (BBD) d'un cancer invasif (InvCa) (Voir visuel de gauche). Au-delà, les chercheurs suggèrent que l'élimination des micro-organismes dangereux ou la restauration du microbiote mammaire normal pourrait inverser la cancérogenèse.


C'est donc un premier pas vers la connaissance du microbiome du cancer du sein. Il reste à vérifier si de petits changements dans les communautés microbiennes, l'élimination d'une souche pathogène virulente ou l'ajout de communautés bénéfiques pourraient permettre de rétablir l'équilibre et la santé du microbiome du sein. C'est, en tous cas, un nouveau paradigme qui s'ouvre, celui de nouvelles thérapies de prévention du cancer du sein, fondées sur les bactéries.

Autres actualités sur le même thème