Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

CANCER de la VESSIE : Les androgènes en ligne de mire

Actualité publiée il y a 1 année 12 mois 1 jour
Science Immunology
Les hormones contribuent aux disparités entre les sexes, d’incidence du cancer de la vessie (Visuel Fotolia)

Les hormones contribuent aux disparités entre les sexes, d’incidence du cancer de la vessie, conclut cette étude du Cedars-Sinai Medical Center (Los Angeles) qui suggère dans le même temps et dans la revue Science Immunology que des traitements supprimant les androgènes pourraient contribuer à lutter contre la maladie.

 

L’étude confirme ainsi la capacité des hormones sexuelles mâles à interférer avec la capacité du corps à combattre le cancer de la vessie et contribue à expliquer pourquoi les hommes connaissent une incidence plus élevée et des taux de décès plus élevés de ce cancer. Ces nouvelles données marquent une étape importante également dans la compréhension des disparités de pronostic et de réponse au traitement entre les hommes et les femmes.

Un risque multiplié par 3 à 5 de cancer de la vessie chez les hommes vs les femmes

« Historiquement », explique l’auteur principal, le Dr Xue Li, chercheur au Cedars-Sinai Medical Center, « on pensait que les hommes pouvaient avoir des taux de cancer plus élevés parce qu'ils étaient plus susceptibles d'adopter des comportements qui les prédisposent au cancer, comme le tabagisme. C’était oublier la biologie du sexe, qui, au-delà du comportement, est un facteur important dans le développement de ce cancer ».

 

Les androgènes, hormones sexuelles produites en plus grande quantité chez les hommes, favorisent le développement du système reproducteur. L’équipe montre que les androgènes interfèrent avec le système immunitaire adaptatif, qui comprend des cellules qui se souviennent de la façon de réagir aux agents pathogènes, avec lesquels le corps a déjà été en contact. Les androgènes semblent bloquer l'activité des cellules tueuses de tumeurs, les lymphocytes T CD8+.

 

L’étude, menée chez la souris modèle de cancer de la vessie révèle que :

 

  • l'élimination des lymphocytes T CD8 + supprime les différences entre les hommes et les femmes de sévérité du cancer : Cela suggère que l’interaction des androgènes avec les lymphocytes T CD8+ contribue aux différences entre les sexes dans le cancer de la vessie ;
  • les tumeurs se développent de manière plus agressive en cas de niveaux plus élevés d'androgènes ;
  • le séquençage génétique des cellules T CD8 + des tumeurs chez les mâles révèle plus de signes d'épuisement et de dysfonctionnement liés à l'activité des androgènes ;
  • la thérapie par privation androgénique, un traitement clinique courant du cancer de la prostate, se révèle efficace à réduire la taille de la tumeur de la vessie chez les souris mâles et à améliorer l'efficacité de l'immunothérapie.

 

Ces travaux contribuent à expliquer

pourquoi les patients masculins et féminins réagissent différemment à l’immunothérapie

qui aide les cellules T CD8 + du corps à attaquer les cellules cancéreuses : « Les lymphocytes T sont comme des soldats chargés de tuer les cellules tumorales. Cependant, ils peuvent s'épuiser, alors l'immunothérapie est utilisée pour les rajeunir. Malheureusement, de nombreux patients atteints de cancer ne répondent pas à l'immunothérapie. Ces résultats suggèrent que les patients masculins pourraient bénéficier davantage de l'immunothérapie lorsqu'elle est associée à une thérapie de privation d'androgènes ».

 

La thérapie anti-androgènes s’avère ainsi prometteuse dans le traitement du cancer de la vessie. Semblable à d'autres cancers comme le cancer du sein et le cancer de la prostate qui sont affectés par les hormones sexuelles, l'hormonothérapie pour le cancer de la vessie peut être plus efficace lorsqu'elle est administrée au début de la maladie.


Autres actualités sur le même thème