Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER du SEIN : La perte de poids, la meilleure des préventions

Actualité publiée il y a 1 année 8 mois 2 semaines
JNCI
l'obésité affecte le métabolisme des cellules cancéreuses

Cette large étude établit un lien entre une perte de poids durable -en cas de surpoids- et une réduction du risque de cancer du sein. Les résultats présentés dans le Journal of the National Cancer Institute (JNCI) confirment le risque accru de cancer du sein lié à l’excès de poids corporel mais suggèrent aussi une inversion du risque possible avec la perte de poids.

 

Une précédente étude menée auprès de plus de 60.000 femmes ménopausées avait également conclut qu'une perte de poids même modeste est associée à une réduction du risque de 12% de cancer du sein. Des résultats importants alors qu’aux Etats-Unis, lieu de l’étude, plus de deux femmes adultes sur trois sont en surpoids ou obèses. Des résultats essentiels de manière plus large pour les femmes âgées de 50 ans et plus, exposées à un risque de surpoids accru après la ménopause. Rappelons enfin que, pour l'ensemble des cancers associés au surpoids ou à l'obésité, de précédentes recherches ont identifié les multiples voies par lesquelles la graisse contribue à la carcinogenèse.

  • l'obésité augmente le risque d'inflammation, associée au cancer ;
  • l'obésité affecte le métabolisme des cellules cancéreuses (Visuel) ;
  • l’obésité affecte la clairance immunitaire, ce qui peut également contribuer à la croissance et à la propagation des tumeurs.
  • La « diaphonie » ou la façon dont les cellules réagissent lorsque le même signal est partagé par plus d'une voie de signalisation dans deux types de cellules différentes est elle-aussi en cause.

Après 50 ans, il n’est pas trop tard pour perdre du poids et réduire son risque de cancer

Cette nouvelle recherche confirme ces résultats chez les femmes âgées de 50 ans et plus, donc ménopausées à risque plus élevé de cancer du sein. Elle confirme également qu’il n’est jamais trop tard pour perdre du poids et réduire dans le même temps son risque de cancer. A une condition cependant, maintenir cette perte de poids. Ainsi, ces femmes en surpoids ayant perdu du poids présentent un risque réduit de cancer du sein vs les femmes du même âge, en surpoids et dont le poids est resté stable. Enfin, la réduction du risque augmente de manière positive et dose dépendante avec la quantité de poids perdue.

 

Evaluer l’impact statistique de la perte de poids soutenue sur le risque de cancer du sein : ici, les chercheurs de l’American Cancer Society et de la Harvard T.H. Chan School of Public Health ont analysé les données des Prospective Studies of Diet and Cancer (DCPP) pour estimer à nouveau l'association entre une perte de poids soutenue au milieu ou à la fin de l'âge adulte et le risque à venir de cancer du sein. Leur analyse a inclus les données de plus de 180.000 femmes âgées de 50 ans et plus issues de dix études prospectives. C’est la première analyse menée sur un échantillon suffisamment grand pour pouvoir évaluer l’impact statistique de la perte de poids soutenue sur le risque de cancer du sein. Le poids a été évalué 3 fois sur une période de suivi d’environ 10 ans. L’analyse montre que :

  • les femmes avec perte de poids soutenue présentent un risque de cancer du sein plus faible que les femmes dont le poids est resté stable,
  • plus la perte de poids est importante, plus le risque de cancer du sein est réduit ;
  • les femmes qui ont perdu 2 à 4,5 kg bénéficient d’une réduction de 13% du risque de cancer vs les femmes conservant un poids stable ;
  • les femmes qui ont perdu 4,5 à 9 kg bénéficient d’une réduction de 16% du risque ;
  • les femmes qui ont perdu 9 kg ou plus voient leur risque réduit de 26%.
  • De plus, les femmes qui ont perdu 9 kg ou plus et repris une partie, mais pas la totalité de leur poids conservent un risque de cancer du sein plus faible que celles dont le poids est resté stable.

 

 

Ces résultats obtenus sur un grand échantillon de femmes de 50 ans et plus, suggèrent que même une perte de poids modeste, à condition d’être soutenue est associée à une réduction du risque de cancer du sein plus faible. Des résultats de nature à apporter une motivation supplémentaire aux femmes en surpoids à retrouver ou à maintenir un poids de santé.  

 

« Même si vous prenez du poids après 50 ans, il n'est pas trop tard pour réduire votre risque de cancer du sein ».

Autres actualités sur le même thème