Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER du SEIN : Pourquoi le traitement est parfois un échec

Actualité publiée il y a 3 années 4 mois 2 jours
Nature Genetics

Parmi les causes des limites d’efficacité et de la résistance aux traitements du cancer du sein, ont déjà été documentées une mauvaise observance ou une durée insuffisante du traitement. Cette étude internationale, présentée dans la revue Nature Genetics, qui décrypte le processus de résistance au traitement et finalement de récidive du cancer, livre un coupable, CYP19A1, un gène qui favorise l'augmentation de la production d'aromatase, l'enzyme même que certains médicaments, les inhibiteurs de l’aromatase tentent de bloquer. Ces résultats en revanche, ne sont pas constatés avec le tamoxifène, un autre traitement de référence des patientes ménopausées.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Environ 70% des cas de cancer du sein sont des cancers du sein positifs aux récepteurs des œstrogènes, c'est-à-dire qui utilisent l'hormone comme combustible pour se développer et se propager. Après la chirurgie, de nombreuses patientes se voient prescrire un traitement hormonal ou par inhibiteur de l'aromatase qui inhibe l'œstrogène pour éviter la récidive. Cependant, dans de nombreux cas, se développe une résistance au traitement. Les chercheurs de l'Imperial College London, de l'European Institute of Oncology (Milan) et d'autres instituts de recherche viennent de comprendre pourquoi.


Cette étude de laboratoire a été menée sur des échantillons de cellules humaines de tumeurs du cancer du sein humain de 150 femmes qui avaient connu une récidive avec une propagation métastatique à différentes parties du corps. 50 participantes avaient reçu des inhibiteurs de l'aromatase après la chirurgie, et 50 du tamoxifène. Les chercheurs ont utilisé différentes méthodes d'analyse génétique pour extraire l'ADN et manipuler les hormones pour aboutir à cette découverte :

-avec les inhibiteurs de l'aromatase un gène particulier, CYP19A1 se trouve amplifié, soit un nombre plus important de copies, chez 21.5% des patientes traitées. L'amplification de CYP19A1 déclenche l'augmentation de la production d'aromatase, l'enzyme que les médicaments essayaient de bloquer. Les cellules cancéreuses produisent à nouveau leur propre œstrogène, se reproduisent et se propagent.

-Ce résultat n'est pas constaté avec le tamoxifène.

La première implication est directement clinique, car dans de nombreux cas, quand une patiente ne répond plus à un inhibiteur de l'aromatase, en général, le médecin va lui en prescrire un autre. Ensuite, une nouvelle voie est ouverte pour le développement de nouveaux tests de diagnostic permettant d'identifier des niveaux élevés de CYP19A1 permettant de détecter précocément l'augmentation de la production d'aromatase et donc la récidive du cancer. Mais également de nouvelles thérapies qui ciblent le coupable, CYP19A1. Cependant, il reste aussi à mieux comprendre le développement de la pharmacorésistance au tamoxifène.

January 23 2017 doi:10.1038/ng.3773 Acquired CYP19A1 amplification is an early specific mechanism of aromatase inhibitor resistance in ERα metastatic breast cancer

Plus d'études sur le Tamoxifène

Autres actualités sur le même thème