Actualités

CANCER : Les hommes plus à risque que les femmes, mais pourquoi ?

Actualité publiée il y a 2 jours 2 heures 48 min
Cancer
Pourquoi les hommes encourent-ils un risque plus élevé de contracter la plupart des types de cancer que les femmes ?  (Visuel Adobe Stock 242337985)

Pourquoi les hommes encourent-ils un risque plus élevé de contracter la plupart des types de cancer que les femmes ? Peu d’études ont tenté d’expliquer les différences d’incidence des principaux cancers selon le sexe, même si dans de nombreuses recherches, le rôle clé des hormones sexuelles et de certains facteurs environnementaux a bien été documenté. Cependant, cette nouvelle étude du National Cancer Institute (Rockville, Maryland), publiée dans la revue Cancer, suggère en effet que des différences biologiques entre les sexes, plutôt que des facteurs de mode de vie, pourraient être la réponse.

 

Les taux de la plupart des types de cancer sont plus élevés chez les hommes que chez les femmes pour des raisons qui restent en effet mal comprises. Si cette étude met en lumière des facteurs plus biologiques qu’environnementaux, ils ne dédouanent pas des risques de cancer accrus avec le tabagisme, la consommation excessive d'alcool, une alimentation trop riche et d’autres facteurs de mode de vie « malsains ».

Comprendre les raisons des différences entre les sexes dans le risque de cancer

Cet objectif est primordial, car il permet de mieux cibler la prévention et le traitement des différents cancers. Ces experts du National Cancer Institute (NCI/NIH) ont donc évalué les différences de risque pour 21 sites de cancer, chez 171.274 hommes et 122.826 femmes, âgés de 50 à 71 ans, ayant participé à l’étude NIH-AARP Diet and Health de 1995 à 2011. Au cours du suivi,

 

  • 17.951 nouveaux cancers ont été diagnostiqués chez les hommes et 8.742 chez les femmes ;
  • l'incidence est plus faible chez les hommes que chez les femmes uniquement pour les cancers de la thyroïde et de la vésicule biliaire ;
  • pour les autres sites, les risques sont évalués de 1,3 à 10,8 fois plus élevés chez les hommes que chez les femmes ;
  • les écarts les plus importants chez les hommes sont observés pour le cancer de l'œsophage (risque 10,8 fois plus élevé chez les hommes vs les femmes), le larynx (risque X 3,5), l’estomac (risque X 3,5) et le cancer de la vessie (risque X 3,3) ;
  • les hommes présentent un risque accru de développer la plupart des cancers, même après ajustement pour un large éventail de comportements à risque et d'expositions cancérigènes : ainsi ces facteurs environnementaux n'expliquent qu'une proportion modeste de ces différences de risque selon le sexe (soit par ex. 11 % de l’écart de risque pour le cancer de l'œsophage à 50 % de l’écart de risque pour le cancer du poumon).

 

Ces résultats suggèrent que

les différences biologiques entre les sexes, telles que les différences physiologiques, immunologiques, génétiques et autres, jouent un rôle majeur

dans la sensibilité au cancer, des hommes vs les femmes.

 

« Ces différences dans l'incidence du cancer ne s'expliquent pas uniquement par les expositions environnementales. Cela suggère qu'il existe des différences biologiques intrinsèques entre les hommes et les femmes qui affectent la susceptibilité au cancer », conclut l’auteur principal, le Dr Jackson.

 

Ainsi, le sexe du patient, en tant que variable biologique, devrait être mieux pris en compte tout au long du suivi du cancer, de la prédiction du risque, et de la prévention et du dépistage du cancer jusqu’au traitement du cancer.

Autres actualités sur le même thème