Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

CANCER : Renforcer la membrane basale qui enferme la tumeur

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 2 semaines
Developmental Cell
Ces travaux soulignent l’intérêt de préserver la membrane basale, qui, au stade précoce du cancer, l’empêche de se propager (Visuel Adobe Stock 183722536)

Cette équipe de cancérologues de l’Université de Turku (Finlande) identifie le rôle clé de projections en forme de doigts des cellules cancéreuses, ici dans le cancer du sein. Ces projections en forme de doigt formées par l'actine des cellules tumorales, appelés filopodes, envahissent le milieu cellulaire environnant et contribuent à former la membrane basale qui « contient » la tumeur et l’empêche de se disséminer dans d’autres partie du corps. Ces travaux, publiés dans la revue Developmental Cell, soulignent l’intérêt de préserver la membrane basale, qui, au stade précoce du cancer, bloque ou ralentit sa propagation.

 

Au stade précoce du cancer du sein, les cellules malignes sont emprisonnées par cette barrière tissulaire « basale » qui les empêche de migrer vers d’autres sites ou organes. Ce stade précoce de la maladie ne met généralement pas la vie en danger, car la chirurgie peut encore reséquer la tumeur. C’est bien s'il se propage et forme des métastases.

Les filopodes préservent la membrane basale entourant la tumeur, bloquant leur fuite.

« Nous pensions jusque-là que les doigts collants de ces cellules cancéreuses n'étaient utilisés que pour envahir les tissus voisins. Nous constatons maintenant que ces structures peuvent également contribuer à cerner la tumeur », explique l’auteur principal, le Dr Johanna Ivaska, de l'Université de Turku.

 

Le rôle clé de la Myosine-10 : ces doigts collants sont générés par une protéine, Myosine-10. Et lorsque les cellules cancéreuses sont dépourvues de myosine- 10, elles ne peuvent plus construire et entretenir leur barrière environnante, ce qui facilite la propagation des cellules cancéreuses. En d’autres termes, sans myosine-10, les tumeurs sont nettement plus agressives. « Leur membrane basale a presque complètement disparu et elles se propagent plus librement aux tissus environnants ».

 

Ainsi l’équipe finlandaise révèle avec ces travaux que les filopodes ont un rôle opposé au stade précoce de la maladie. Jusque-là de nombreuses équipes travaillaient à des stratégies anti-filopodes pour traiter les cancers, mais ces découvertes soulignent clairement que cibler les filopodes ou la myosine-10 trop tôt pourrait en fait aggraver les choses.

 

Les scientifiques poursuivent actuellement leur recherche en tentant de décrypter maintenant comment les filopodes régulent l'assemblage des membranes basales.

Plus sur le Blog Cancer

Autres actualités sur le même thème