Vous recherchez une actualité
Actualités

CANNABIS : A long terme, il réduit le stress au silence

Actualité publiée il y a 2 années 11 mois 1 semaine
Psychopharmacology
Les effets du stress aigu sur les niveaux de cortisol salivaire sont différents, avec ou sans cannabis

Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Les chercheurs psychologues de Université d'Etat de Washington restent perplexes. Leur étude menée chez des utilisateurs « lourds » de cannabis montre l’absence de différence des niveaux de cortisol, l’hormone du stress chez 2 groupes d'utilisateurs de cannabis de long terme, l’un confronté à une situation stressante et l’autre non stressante. Des données présentées dans la revue Psychopharmacology qui révèlent un effet « amortissant » du cannabis sur le stress.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

C'est la première étude à examiner les effets du stress aigu sur les niveaux de cortisol salivaire avec ou sans cannabis et ici chez 40 utilisateurs chroniques de cannabis vs 42 non-utilisateurs. C’est aussi une étape importante dans l'étude des avantages thérapeutiques du cannabis à un moment où son usage se répand rapidement, même si finalement cette réduction voire disparition de la réponse au stress chez les utilisateurs lourds n’est pas forcément à interpréter comme un bénéfice.

 

Les chercheurs ont utilisé une procédure reconnue pour provoquer des niveaux élevés de stress chez des utilisateurs chroniques (soit consommation quotidienne ou quasi-quotidienne) de cannabis et des non-utilisateurs.

  • La situation sans stress consistait à plonger une main dans de l'eau tiède pendant 45 à 90 secondes puis à compter de 1 à 25.
  • La version à stress élevé consistait à plonger la main dans de l'eau glacée pendant 45 à 90 secondes puis à compter de 17 e 17 à partir de 2043. En cas d’erreur, les participants recevaient des commentaires critiques...

 

 

Les chercheurs n’identifient aucune différence dans les niveaux de cortisol salivaire de 2 groupes d'utilisateurs de cannabis lourds confrontés à une situation psychologiquement ou physiologiquement stressante ou non stressante.

En revanche, les taux de cortisol chez les non-utilisateurs de cannabis qui ont été placés dans la même situation stressante ont atteint des niveaux plus élevés que les niveaux de cortisol des non-utilisateurs placés dans des conditions exemptes de stress.

 

 

Des conclusions cohérentes avec la littérature qui a déjà suggéré que l’utilisation chronique de cannabis est associée à une réactivité « adrénale » et émotionnelle émoussée.

 

La suppression de la réponse au stress n’est pas forcément bénéfique, soulignent les chercheurs car la libération de cortisol obéit aussi à un objectif adaptatif, permettant à un individu de mobiliser son énergie et de répondre de manière appropriée à une situation difficile ou dangereuse. Ainsi, une incapacité à fournir une réponse hormonale appropriée au stress peut également avoir des effets néfastes et même dangereux pour le sujet, concluent les auteurs.

Autres actualités sur le même thème