Vous recherchez une actualité
Actualités

CHIRURGIE BARIATRIQUE : Bien plus qu’une simple perte de poids

Actualité publiée il y a 3 mois 1 semaine 2 jours
EuroEcho
La chirurgie de perte de poids est une approche efficace pour traiter aussi, les comorbidités courantes de l’obésité dont le diabète de type 2, l'hypertension et la dyslipidémie

La chirurgie de l'obésité améliore aussi la santé cardiaque, confirme cette étude présentée au Congrès EuroEcho de la Société européenne de cardiologie. Au fil des études, on découvre ainsi que la chirurgie de perte de poids est une approche efficace pour traiter aussi, les comorbidités courantes de l’obésité dont le diabète de type 2, l'hypertension et la dyslipidémie. Si d’autres études longitudinales sont nécessaires pour confirmer cette réduction du risque cardiovasculaire, les avantages déjà documentés de la chirurgie bariatrique pour les personnes obèses vont déjà bien au-delà de la simple perte de poids.

 

Car si la chirurgie bariatrique a été conçue au départ pour la perte de poids, l’étude ajoute à la preuve que la procédure peut également inverser la dysfonction cardiaque subclinique, une condition donc prédictive d’événements cardiovasculaires et de décès prématuré. Cet avantage n’est pas négligeable, alors que les personnes obèses présentent un risque de maladies cardiovasculaires multiplié par 2 et qui augmente de façon exponentielle avec le nombre de comorbidités de l'obésité. Enfin, on sait que l’obésité et ses comorbidités affectent la structure et la fonction cardiaque bien avant l’apparition et le diagnostic de la maladie cardiaque. Une fonction cardiaque anormale est courante chez les patients obèses.

Après la chirurgie bariatrique, la fonction cardiaque se normalise chez plus de 80% des patients

Les chercheurs examinent ici les effets de la chirurgie bariatrique chez 38 patients obèses ayant subi une chirurgie bariatrique et 19 patients, appariés pour l'âge et le sexe, sur liste d'attente chirurgicale. Les chercheurs ont également évalué l’impact de la chirurgie sur le diabète, l'hypertension et la dyslipidémie. Différentes mesures et analyses (dont poids corporel, tension artérielle, lipides sanguins et glycémie) ont été effectuées au début de l'étude, avant la chirurgie puis 6 mois plus tard. À 6 mois, les patients du groupe chirurgie,

  • ont perdu 26% de leur poids corporel total,
  • ont un taux de comorbidités significativement réduit (groupe chirurgie vs groupe liste d'attente : 30% vs 61% pour l'hypertension, 5% vs 42% pour la dyslipidémie, 13% vs 40% pour le diabète de type 2) ;
  • 58% des patients du groupe chirurgie souffraient de cardiopathie subclinique au début de l'étude. Chez 82% de ces patients, la fonction cardiaque subclinique s'est normalisée à 6 mois. En revanche, la maladie subclinique s'est aggravée chez 53% des patients du groupe liste d'attente.
  • Avant la chirurgie, les patients obèses avaient une fonction cardiaque subclinique pire que les témoins de poids sain. À 6 mois, la fonction cardiaque subclinique est similaire entre les 2 groupes.

 

 

Les comorbidités liées à l'obésité sont réduites : la rémission du diabète de type 2 après une chirurgie bariatrique a été d’ailleurs associée, par de précédentes études, à une amélioration de la fonction cardiaque.

 

Inversement, les personnes obèses atteintes de diabète de type 2 qui sont restées sur liste d’attente chirurgicale ont présenté rapidement une aggravation de leur fonction myocardique.

Autres actualités sur le même thème