Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

CHOLESTÉROL : Une marge d’amélioration considérable des traitements

Actualité publiée il y a 8 mois 3 semaines 6 jours
JAMA Network Open
Optimiser le traitement hypolipémiant en ajustant la dose de statines ou en combinant l'ézétimibe (Visuel Adobe Stock 96009909)

Optimiser le traitement hypolipémiant en ajustant la dose de statines ou en combinant l'ézétimibe, un inhibiteur de l'absorption intestinale du cholestérol, permet chez des patients plus âgés, atteints de maladie coronarienne (athérosclérose) d’optimiser considérablement la prévention des événements cardiovasculaires. Ce sont les conclusions de cette équipe de l’Université de Washington, publiées dans le JAMA Network Open, qui appellent les médecins à contrôler régulièrement les niveaux et l’évolution des taux de cholestérol et à ajuster les thérapeutiques.

 

Car chez de nombreux patients plus âgés présentant une hypercholestérolémie, le traitement hypolipidémiant reste fréquemment sous-optimal. En pratique, de nombreux patients atteints de maladie coronarienne n'atteignent pas les objectifs fixés par les lignes directrices en matière de taux de cholestérol à lipoprotéines de basse densité (LDL-C).

Une marge considérable d’amélioration des traitements contre l’hypercholestérolémie

Cette étude suggère qu’en dépit de l’efficacité hypolipémiante fréquemment sous-optimale de l'ézétimibe, son utilisation généralisée en combinaison avec un traitement standard par statine peut être associée à une réduction significative du risque cardiovasculaire.

L’étude a suivi durant plus de 3 ans 111.954 participants âgés en moyenne de 69 ans (ici des vétérans) atteints de maladie coronarienne, documentée par angiographie coronarienne et dont la réponse au traitement hypolipidémiant était souvent sous-optimal. Les principaux critères étaient les taux de décès, d'infarctus du myocarde, d'accident vasculaire cérébral (AVC) et de revascularisation coronarienne, et les réductions possibles de ces résultats avec un traitement optimisé du cholestérol. L’analyse révèle que :

  • la révision de la dose de statines et l'ajout éventuel d'ézétimibe ont permis de réduire le risque de décès et d'événements cardiovasculaires

de manière cliniquement significative : en d’autres termes, la révision des doses de statines et/ou l’ajout de l'ézétimibe ont considérablement renforcé les résultats.

Précisément,

 

  • à l’inclusion, 60 % des participants étaient traités par statine et 0,6 % par ézétimibe ;
  • à 6 mois, 68 % des patients avaient reçu une prescription de statines cependant seuls 53 % en prenaient à forte dose ;
  • à 6 mois, seuls 1,1 % des patients prenaient de l'ézétimibe ;
  • à 4 ans, les taux de décès, d'infarctus du myocarde, d'AVC et de revascularisation coronarienne s’élevaient respectivement à 22 %, 5 %, 2 % et 15 % ;
  • avec un traitement optimisé par statines, les réductions absolues projetées de ces taux s’élèvent respectivement à 1,3 %, 1 %, 0,2 % et 2,3 % ;
  • avec un traitement optimisé par statines + ézétimibe, les réductions absolues attendues sont respectivement de 2 %, 1 %, 0,3 % et 3,1 %.

 

Les chercheurs concluent à la marge considérable d’amélioration des traitements contre l’hypercholestérolémie qui subsiste chez ce groupe de patients : il est possible de réduire davantage le risque cardiovasculaire grâce à une utilisation optimisée à la fois des statines et de l'ézétimibe,

ce qui passe par une surveillance plus régulière des taux.

Autres actualités sur le même thème