Vous recherchez une actualité
Actualités

CHUTE du PATIENT AGÉ : La kinésithérapie réduit le risque de visites aux urgences

Actualité publiée il y a 1 année 2 jours 10 heures
Journal of the American Geriatrics Society
Seuls 3,2% des patients âgés qui se présentent aux Urgences à la suite d’une chute bénéficient de conseils et de soins de suivi

Seuls 3,2% des patients âgés qui se présentent aux Urgences à la suite d’une chute bénéficient de conseils et de soins de suivi. Pourtant, une thérapie physique après une chute peut réduire l’incidence de nouvelles consultations aux urgences, constate cette étude, qui montre dans le Journal of the American Geriatrics Society, que les patients âgés, victimes de chutes et qui reçoivent des soins de kinésithérapie ont alors un risque très réduit de réhospitalisation.

 

Les chutes sont la principale cause d’incapacité et de décès chez les personnes âgées de 65 ans et plus. Au fil du temps, le taux de visites aux urgences pour chute et chez les personnes âgées est passé à 68,8 pour 1.000 personnes âgées (Donnée US - 2010). Les personnes âgées qui se rendent en service des urgences pour une chute sont de plus à risque très élevé de nouvelle visite aux Urgences et de décès. Certaines estimations, citées par les auteurs, évaluent à 25%, la proportion d’adultes plus âgés qui visitent le service d'urgence pour une chute et reviennent pour au moins une autre visite, à nouveau liée à une chute. Enfin, 15% de ces patients âgés, victimes d’une chute et s’étant présentés aux Urgences sont décédés dans l'année qui suit. Il semble donc logique que le suivi de ces patients, dès la sortie des Urgences puisse jouer un rôle considérable dans la réduction des chutes futures chez ces personnes âgées à risque élevé.

 

L'équipe de recherche a utilisé les données de Medicare portant sur les différences dans les taux de visites répétées aux urgences sur 30 jours et sur 60 jours chez les personnes âgées. Les chercheurs ont comparé les taux de visites des patients âgés, victimes de chutes, en fonction des soins reçus. L’analyse montre que recevoir des conseils, dès le service des Urgences, sur le suivi d’une kinésithérapie réduit fortement la probabilité de retourner au service des urgences pour une autre chute dans les 30 et 60 jours qui suivent.

 

Détecter le risque de récidive et mieux orienter les patients : les experts en soins gériatriques ont déjà recommandé que les personnes âgées qui consultent en service d'urgence fasse l'objet d'un dépistage du risque de chute élevé et soient orientées, le cas échéant, vers des kinésithérapeutes ou d'autres membres de l'équipe de soins. De précédentes études ont montré que, lorsque les personnes âgées suivent des routines spéciales d'entraînement physique ou d'exercice après une première chute, elles sont plus à même de réduire leur risque de chutes futures. Pourtant ces types d’évaluation, de conseil et d’orientation restent rares en service des urgences.

 

Prévenir les visites successives : ces données engagent ces services, certes au départ voués à gérer l’urgence, à « déborder » de leur fonction primaire et à, comme d’autres services spécialisés jouer un rôle de prévention dans la réduction des visites répétées liées aux chutes répétées. Ce rôle simple consisterait principalement à connecter les patients traités au bon professionnel de santé et à les orienter vers le parcours de soins de suivi approprié.

 

Ainsi, dans cette étude, les auteurs notent que seuls 3,2% des patients âgés qui se sont présentés aux Urgences à la suite d’une chute ont bénéficié de ce type de conseils et de services.

Autres actualités sur le même thème