Vous recherchez une actualité
Actualités

COCAÏNE : Le CBD pour décrocher, ce n’est pas gagné

Actualité publiée il y a 9 mois 3 semaines 6 jours
Addiction
Il a été suggéré que le CBD pourrait constituer un traitement complémentaire de la dépendance à certaines substances (Adobe stock 297152964)

Ces experts addictologues du renommé University of Montreal Hospital Research Centre (CRCHUM) ont regardé si le cannabidiol (CBD), un cannabinoïde non psychoactif du cannabis (cannabis sativa), déjà très documenté pour de nombreux bénéfices en particulier contre la douleur, le stress ou la nausée, pouvait constituer une aide au sevrage de la cocaïne. L’étude, présentée dans la revue Addiction émet de grandes réserves sur l’efficacité du CBD à réduire la dépendance à la cocaïne.

 

Plus de 19 millions de personnes consomment de cocaïne dans le monde, soulignent les chercheurs, et près d’1 personne sur 5 développe une addiction à la substance. Il a été suggéré que le CBD pourrait constituer un traitement complémentaire de la dépendance à certaines substances. L’équipe canadienne constate ici l’absence de preuve significative d'effets thérapeutiques du CBD.

Le CBD ne fonctionne tout simplement pas dans le sevrage de la cocaïne

L’auteur principal, Didier Jutras-Aswad, professeur de psychiatrie à l'Université de Montréal précise même que le CBD ne permet de réduire ni le craving, ni le risque de rechute dans la dépendance. C’est un petit essai clinique mené auprès de 78 patients dépendants à la cocaïne, âgés en moyenne de 46 ans, dont la plupart souffraient de troubles sévères liés à l'usage de cocaïne. Les participants ont été répartis au hasard en 2 groupes, l'un recevant du cannabidiol (800 mg par jour)(groupe d’intervention, l'autre un placebo (groupe témoin). L’essai a eu lieu en double aveugle, c’est-à-dire que ni les participants ni les chercheurs ne savaient quel produit prenait chaque participant. Après 10 jours d'hospitalisation en cure de désintoxication, les participants ont pu rentrer chez eux et ont été évalués ensuite chaque semaine durant 3 mois. Cette expérience montre que :

  • l'utilisation du CBD n'est pas plus efficace qu'un placebo dans le traitement des troubles liés à la consommation de cocaïne ;
  • si le CBD est sûr et n’entraine, le cas échéant, que des effets secondaires légers, il ne réduit ni l'envie de consommer de la cocaïne ni le risque de rechute d'un usager après un sevrage.

 

Il s’agit d’une petite étude, cependant ses auteurs, des experts en addictologie, qualifient leurs résultats de « concluants » et espèrent qu’ils aideront à orienter les lignes directrices sur l'utilisation thérapeutique du CBD.

Cela ne réduit en rien les bénéfices déjà démontrés du CBD,

cependant de nombreuses autres recherches restent nécessaires pour préciser les indications possibles de la substance, qui fait l’objet d’un engouement croissant et de nombreuses allégations.

Autres actualités sur le même thème