Vous recherchez une actualité
Actualités

CONSTIPATION réfractaire : Le biofeedback à domicile fait ses preuves

Actualité publiée il y a 2 semaines 2 jours 5 heures
The Lancet
Environ 15% de la population des pays riches souffre de constipation chronique et environ un tiers de ces personnes présentent une défécation dyssynergique.

Environ 15% de la population des pays riches souffre de constipation chronique et environ un tiers de ces personnes présentent une défécation dyssynergique. Le traitement par biofeedback à domicile est une option efficace contre la constipation difficile à traiter et réfractaire aux traitements habituels (nutrition et mode de vie, ou traitements médicamenteux), concluent ces neurogastroentérologues, de l'Université Augusta, experts en motilité en santé digestive. Le traitement par biofeedback effectué à la maison aide en effet environ 70% des patients à apprendre à coordonner et détendre les muscles de l'intestin et à soulager l'un des types de constipation les plus difficiles à traiter.

 

Les traitements standard tels que l’alimentation, l’amollissement des selles ou encore les laxatifs peuvent être inefficaces chez les patients atteints de défécation dyssynergique, une forme de défaillance des muscles abdominaux et rectaux. Les remèdes habituels ne traitent pas la cause sous-jacente ou la défaillance de coordination entre la contraction et des muscles situés au-dessus du rectum qui permettent normalement le déplacement ou la motilité des selles et la relaxation des muscles au niveau de l'ouverture anale pour permettre de les expulser. La défécation dyssynergique peut également concerner des patients qui ont eu des problèmes depuis l'enfance ou d'autres à l'âge adulte en raison de différents facteurs tels que la chirurgie du dos ou des hémorroïdes, ou encore la grossesse ou l'hystérectomie.

 

Les chercheurs ont développé une thérapie de biofeedback qui permet à ces patients de mieux reconnaître cette absence de coordination du mouvement musculaire et de l'améliorer. Cette thérapie a été approuvée par l'American Gastroenterology Association, l'American Neurogastroenterology and Motility Society et l’European Society of Neurogastroenterology and Motility ont toutes approuvé le traitement. Cependant, les sites de formation limités et le fait que de nombreux patients doivent parcourir de longues distances pour pratiquer ce biofeedback ont posé la question du traitement à domicile. Un dispositif de biofeedback à domicile a donc été mis au point et cet essai suggère qu’il est tout aussi efficace, sûr et moins coûteux.

 

Retrouver un schéma musculaire naturel et efficace : les patients atteints de constipation chronique ou de défécation dyssynergique sont contraints de faire des efforts musculaires qui progressivement modifient leur comportement normal vers un comportement anormal. L'objectif du biofeedback consiste à aider ces patients à retrouver un schéma musculaire naturel et efficace. L'étude est ici menée sur 100 patients, répartis pour moitié au traitement à l’hôpital ou au traitement à domicile. L’expérience montre que :

  • la correction du problème est constatée dans 72% des cas du groupe domicile vs 80% des patients du groupe hôpital ;
  • précisément, au total, 83 patients ont terminé l’étude, 76% dans le groupe à domicile et 90% dans le groupe hôpital ;
  • chez ceux qui ont terminé l'étude, le taux de réussite à domicile est en réalité plus élevé: 92% vs 84%, ce qui suggère une meilleure observance de la thérapie au domicile -un résultat logique.
  • Les participants des 2 groupes signalent des taux d'amélioration similaires sur les paramètres clés (nombre de selles complètes et spontanées chaque semaine, meilleur contrôle des selles, temps d’expulsion etc…).
  • Les coûts de traitement, incluant les coûts de transport s’avèrent 2 fois plus élevés pour la thérapie à l’hôpital ou en centre spécialisé. Le fait que les 2 approches apportent des résultats similaires et que les soins à domicile soient moins coûteux devrait en faire le choix prioritaire des patients, concluent les chercheurs.

 

 

Il reste enfin à mettre au point un système de biofeedback à domicile commercialisable, pouvant être largement distribué, l'étude ayant été menée à l’aide de prototypes.

Autres actualités sur le même thème

Pages