Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 et CANCER : Une baisse inquiétante des radiothérapies

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 3 semaines
The Lancet Oncology
Une adaptation impressionnante des services d’oncologie mais avec des effets sur les résultats du cancer probablement modestes voire négatifs (Visuel Adobe Stock 158927599).

Cette étude d’oncologues de l’Université de Leeds (UK) souligne les changements dramatiques dans l’offre de traitements de radiothérapie avec la pandémie COVID-19. Menée au cours de la première vague de la pandémie de coronavirus en Angleterre, l’étude, la première à évaluer l'impact de la pandémie sur les services de radiothérapie, publiée dans le Lancet Oncology montre des séquences de radiothérapie beaucoup plus courtes, des retards remettant en cause l’efficacité du traitement, mais aussi des augmentations du recours à la radiothérapie pour compenser une capacité chirurgicale réduite.

 

C’est donc à la fois une adaptation impressionnante des services d’oncologie qui est mise en avant par cette recherche mais avec des effets sur les résultats du cancer probablement modestes voire négatifs. En effet, l’étude conclut principalement à une diminution des séances de radiothérapie de 19,9% en avril, de 6,2% en mai et de 11,6% en juin 2020, par rapport aux mêmes mois l’année précédente.

Une réduction de plus de 3.000 séances de radiothérapie entre mars et 2020 au UK

Moins de traitements, moins de diagnostics ? Si la plupart des séances « manquées » sont principalement décalées et avec un risque faible associé à ce report, les chercheurs soulignent qu’en juin cependant, la réduction du nombre de radiothérapies reflète une baisse inquiétante du nombre de patients diagnostiqués avec un cancer.

 

Le cas du cancer du sein : un changement rapide de pratique est constaté tout particulièrement pour le cancer du sein. Les chercheurs soulignent les données d’un essai mené au Royaume-Uni qui suggère « sous la contrainte de la pandémie » qu'un traitement d'une semaine peut être aussi efficace qu'un traitement de 3 semaines pour de nombreuses patientes. Ce recours à un traitement plus court est passé de 0,2% des traitements de radiothérapie du cancer du sein en avril 2019 à 60% en avril 2020.

Le passage à des traitements plus courts est également observé dans d'autres types de cancer et, dans de nombreux cas, aura permis d’assurer la sécurité des patients tout en répondant à la nécessité d’adapter le fonctionnement des services pendant la pandémie.

 

L’augmentation de la radiothérapie pour compenser la chirurgie : quelques cancers font néanmoins exception à la tendance, avec une augmentation des séances de radiothérapie de 143,3% pour le cancer de la vessie, de 71,3% pour le cancer de l'œsophage en mai, et de 36,3% pour le cancer de l'intestin en avril. Ces types de cancer sont souvent traités par chirurgie et il est probable que ces augmentations aient été apportées pour assurer la sécurité des patients lorsque la chirurgie n'était pas possible en raison de la pandémie.

 

Globalement, l’étude montre la grande adaptabilité des services d’oncologie, ici au Royaume-Uni. L'auteur principal, le Dr Katie Spencer, chercheur à l'Université de Leeds et oncologue clinicien commente : «La radiothérapie est une option de traitement très importante pour le cancer, et notre étude montre que dans le NHS il y a eu adaptation rapide dans la façon dont la radiothérapie était utilisée. Il est impressionnant de voir que les données suivent de près les lignes directrices britanniques publiées au début de la pandémie. Pour les cancers tels que le sein et l'intestin, des traitements plus courts et plus intensifs ont été administrés pour apporter des résultats similaires aux patients. Et lorsque qu’un décalage du traitement restait sûr, comme dans le cas du cancer de la prostate, ces reports ont permis de se concentrer sur la lutte contre le coronavirus. Dans d'autres cas, comme les cancers de la tête et du cou, et les cancers de l'anus, nous avons vu que le nombre de traitements de radiothérapie n'a guère changé lors de la première vague. Ce qui est vraiment rassurant, car nous savons qu'il est vital que ces traitements ne soient pas retardés ».

 

L'équipe de recherche espère que ces résultats vont aider les autres professionnels de santé à comprendre les conséquences indirectes de la pandémie et sensibiliser au rôle des services de radiothérapie dans la minimisation de ces effets.

 

Reste la question cruciale du dépistage et du diagnostic : « La pandémie continue de perturber gravement le diagnostic du cancer et certains programmes nationaux de dépistage. Cela signifie que moins de patients ont été diagnostiqués avec un cancer au cours de la première vague de la pandémie, ce qui a probablement conduit à la baisse persistante des traitements que nous constatons. Nous savons que les patients dont le cancer est diagnostiqué tôt ont de meilleures chances d'être guéris, c'est donc vraiment inquiétant. Les services de radiothérapie restent opérationnels et sont prêts à s'occuper des patients, comme toujours ».

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités