Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : La vaccination divise par 10 le risque d’hospitalisation

Actualité publiée il y a 1 semaine 6 jours 13 heures
MMWR
L'étude suggère une baisse possible de la protection vaccinale contre l'infection confirmée par le SRAS-CoV-2 mais une protection toujours solide contre les formes sévères de COVID-19 (et donc le risque d’hospitalisation et décès associés) (Visuel MMWR).

Ces nouvelles données de surveillance de l'incidence des cas de COVID-19, des hospitalisations et des décès, par statut vaccinal aux Etats-Unis, proposées par l’équipe d’épidémiologistes des Centers for Disease Control and Prevention confirme une incidence de l'infection par le SRAS-CoV-2, des hospitalisations et des décès globalement 10 fois moins élevée chez les personnes vaccinées. Ces données, publiées dans le Morbidity and Mortality Weekly Report (MMWR), qui prennent en compte l’émergence et la domination de la variante Delta confirment ainsi l’efficacité élevée et continue du vaccin contre les formes sévères de COVID-19.

 

Les implications en santé publique sont claires : pour l'Agence sanitaire américaine, il s’agit d’inciter toujours le plus grand nombre à la vaccination car elle protège contre les formes graves, y compris en cas d’infection par le variant Delta. Ensuite, la surveillance de l'incidence du COVID-19 par statut vaccinal va nous apporter des signaux précoces de changements possibles dans l'efficacité du vaccin.

Les personnes entièrement vaccinées ont 10 X moins de risques d'infection, d'hospitalisation et de décès (Visuel CDC)

Les personnes entièrement vaccinées ont 10 X moins de risques d'infection, d'hospitalisation et de décès

C’est la conclusion de l’analyse, par statut vaccinal, des cas de COVID-19, des hospitalisations et des décès signalés parmi les personnes âgées de ≥ 18 ans du 4 avril au 17 juillet 2021 aux Etats-Unis, dans 13 États qui associent systématiquement les données de surveillance de cas et les données de vaccination. 2 périodes d'analyse, du 4 avril au 19 juin et du 20 juin au 17 juillet, ont été prises en compte, sur la base d’une prévalence pondérée < 50 % ou ≥ 50 % de la variante Delta du SRAS-CoV-2 pour les 13 Etats.

 

  • Sur la première période, un total de 569.142 (92 %) cas de COVID-19, 34.972 (92 %) hospitalisations et 6.132 (91 %) décès associés à COVID-19 ont été signalés parmi les personnes non complètement vaccinées,
  • 46.312 ( 8 %) cas, 2.976 (8 %) hospitalisations et 616 (9 %) décès ont été signalés parmi les personnes complètement vaccinées ;
  • La prévalence hebdomadaire de la variante Delta du SRAS-CoV-2 est passée de <1% à 90% du 4 avril au 17 juillet.
  • La couverture vaccinale complète est passée de 19% à 54% ; au cours de la dernière semaine, la couverture variait selon le groupe d'âge de 45 % (chez les personnes âgées de 18 à 49 ans) à 73 % (≥ 65 ans).
  • Après ajustement, sur la première période, les personnes complètement vaccinées représentaient 5 % des cas, 7 % des hospitalisations et 8 % des décès dans l'ensemble ;

  • ces pourcentages étaient plus élevés du 20 juin au 17 juillet (18 %, 14 % et 16 %, respectivement).

  • Après prise en compte de l’âge, les taux hebdomadaires moyens normalisés (événements pour 100.000 personnes) sont toujours plus élevés chez les personnes non complètement vaccinées que chez les personnes complètement vaccinées pour les cas signalés (112,3 contre 10,1), les hospitalisations (9,1 contre 0,7) et les décès (1,6 contre 0,1) du 4 avril au 19 juin, ainsi que du 20 juin au 17 juillet (89,1 contre 19,4 ; 7,0 contre 0,7 ; 1,1 contre 0,1, respectivement) ;
  • des taux d'hospitalisation et de mortalité plus élevés sont confirmés dans les groupes plus âgés, quel que soit le statut vaccinal.

 

Une baisse possible de la protection vaccinale contre l'infection avec l'émergence du variant Delta : enfin, les chercheurs notent que les rapports de taux d’incidence de cas, standardisés selon l'âge entre les personnes qui n'étaient pas complètement vaccinées vs les personnes complètement vaccinées ont diminué de 11,1 à 4,6 entre les 2 périodes -où la prévalence du variant Delta était plus faible (< 50 % des isolats séquencés soit du 4 avril au 19 juin) et plus élevée (≥ 50 % ; soit du 20 juinau 17 juillet), et pour les hospitalisations et les décès entre les deux mêmes périodes, de 13,3 à 10,4 et de 16,6 à 11,3 ce qui est cohérent avec une baisse possible de la protection vaccinale contre l'infection confirmée par le SRAS-CoV-2 mais une protection toujours solide contre les formes sévères de COVID-19 (et donc le risque d’hospitalisation et décès associés).

 

En résumé, se faire vacciner protège contre les formes graves du COVID-19, y compris en cas d'infection par la variante Delta. Surveiller l'incidence du COVID-19 par statut vaccinal apporte de précieux indices de l’évolution de la protection vaccinale.