Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : L'asthme peut-il être un facteur aggravant ?

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 5 jours
The Journal of Allergy and Clinical Immunology
De l'asthme, de l'inflammation et de COVID-19 (Visuel Fotolia_126797930_XS)

Les personnes qui souffrent d'une maladie ou d’une allergie respiratoire chronique sont-elles plus à risque de développer une forme sévère voire mortelle de COVID-19 ? Cette équipe de l’Université Rutgers (New Jersey) nous apporte dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology, les premières preuves de la littérature sur le sujet, avec des conclusions plutôt rassurantes, mais qui doivent, écrivent les chercheurs, être encore confirmées.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Les personnes qui souffrent d'une maladie ou d’une allergie respiratoire chronique sont-elles plus à risque de développer une forme sévère voire mortelle de COVID-19 ? Cette équipe de l’Université Rutgers (New Jersey) nous apporte dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology, les premières preuves de la littérature sur le sujet, avec des conclusions plutôt rassurantes, mais qui doivent, écrivent les chercheurs, être encore confirmées.

De l'asthme, de l'inflammation et de COVID-19

L’épidémie COVID-19, un facteur indirect de contrôle de l’asthme : la distanciation sociale a pu améliorer le contrôle de l'asthme, car les personnes asthmatiques et confinées ne sont pas autant exposées aux déclencheurs saisonniers qui incluent les allergènes ou les virus respiratoires. Ensuite, la la pandémie a, d’une manière générale, conduit à une meilleure observance des traitements.

 

Stéroïdes inhalés et COVID-19 ? Les corticoïdes inhalés, qui sont couramment utilisés pour contrôler les crises d'asthme, peuvent en effet réduire la capacité du virus à établir l’infection. Cependant, des études ont montré que les corticoïdes inhalés peuvent diminuer la réponse immunitaire de l'organisme et aggraver la réponse inflammatoire. Il a également été démontré que les stéroïdes retardent l'élimination du virus du SRAS et du MERS -d’autres coronavirus proches du SARS-CoV-2- des voies respiratoires et peuvent donc aggraver les résultats du COVID-19. Il est donc nécessaire de lancer de nouvelles recherches sur les effets des corticoïdes inhalés en cas d’exposition et d’infection à SARS-CoV-2. Il s’agira également de regarder si ces effets sont différents selon le type de stéroïde utilisé.

 

Âge, asthme et virus ? La sensibilité et la sévérité de l’infection COVID-19 augmentent avec l'âge. Cependant, les personnes asthmatiques ont tendance à être plus jeunes que celles souffrant d'affections à haut risque, les études ajustées selon l'âge pourraient donc contribuer à mieux comprendre si l'âge est un facteur pouvant expliquer pourquoi les patients asthmatiques ne sont pas à risque plus élevé d'infection. Les enfants et les jeunes adultes souffrant d'asthme souffrent principalement d'inflammation allergique, tandis que les personnes âgées peuvent également souffrir d'asthme éosinophile - une forme plus sévère d’asthme. Dans ces cas, les gens éprouvent des niveaux anormalement élevés d'un type de globule blanc ce peut provoquer une inflammation des voies respiratoires, des sinus, des voies nasales et des voies respiratoires inférieures, ce qui rend ces patients plus à risque de forme sévère de COVID-19.

 

Asthme et ACE2 : cette enzyme présente sur les membranes cellulaires des poumons, des artères, du cœur, des reins et des intestins, documentée comme un point d'entrée du SRAS-CoV-2 dans les cellules est augmentée en réponse au virus. On pense également que cette enzyme est bénéfique pour éliminer d'autres virus respiratoires, en particulier chez les enfants. On ignore encore comment cette enzyme affecte la capacité du SRAS-CoV-2 à infecter les personnes asthmatiques. Là encore, des études sont à mener.

 

 

Asthme, comorbidités et COVID-19 : l'asthme a tendance à être associé à beaucoup moins de comorbidités que les maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC) ou les maladies cardiovasculaires.

Cependant, les personnes âgées asthmatiques qui souffrent également d'hypertension artérielle, de diabète ou de maladies cardiaques peuvent développer des formes plus sévères de COVID-19, mais de manière similaire à des sujets non-asthmatiques souffrant des mêmes comorbidités.

Autres actualités sur le même thème