Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : L’obésité un facteur déterminant d’hospitalisation

Actualité publiée il y a 2 mois 2 semaines 6 jours
medRxiv
L'obésité est un facteur prédicteur puissant d’hospitalisation.

Cette étude épidémiologique, d’une équipe de la NYU Grossman School of Medicine, présentée sur le portail de prépublication medRxiv, permet de préciser les facteurs associés à l'hospitalisation et aux formes sévères de la maladie chez les patients confirmés COVID-19. L’analyse transversale de tous les patients confirmés traités dans le système de santé newyorkais entre le 1er mars 2020 et le 2 avril 2020, avec un suivi jusqu'au 7 avril 2020, confirme l’importance de l’âge mais révèle aussi l’obésité comme un facteur prédicteur puissant d’hospitalisation.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Depuis le début de l’épidémie, les scientifiques analysent les données des cas hospitalisés et des décès pour comprendre pourquoi si COVID-19 se manifeste sous différentes formes et avec des symptômes extrêmement divers, certains facteurs tels que l'âge et certaines comorbidités apparaissent déterminants. En effet, l’évolution de la maladie associée au nouveau coronavirus SARS-CoV-2 est parfois surprenante. Ainsi, si le taux de décès reste très faible chez les plus jeunes, les adultes jeunes peuvent développer des formes sévères. Ainsi, les adultes de 45 à 64 ans représentent plus de 40% des patients admis en réanimation. Autre exemple, l’évolution de la maladie semble marquer un « tournant » entre le 8è et le 10è jour suivant l’apparition des symptômes. De précédentes études ont déjà tenté de préciser les facteurs de risque d’hospitalisation et de complications de COVID-19. Une étude présentée dans le Lancet remarque que l'âge avancé, des signes de septicémie à l'admission, des maladies sous-jacentes comme l'hypertension artérielle et le diabète, et l'utilisation prolongée de la ventilation non invasive sont des facteurs importants de décès.

Parmi les facteurs de mauvais pronostic, figurent l’âge, de faibles niveaux de lymphocytes (un type de globules blancs), des niveaux élevés d'interleukine 6 (IL-6) et une augmentation des concentrations de troponine (un marqueur de crise cardiaque) ;

l'insuffisance respiratoire, la septicémie et les infections secondaires sont également des manifestations plus fréquentes chez les patients décédés.

 

L'âge et les comorbidités sont de puissants facteurs prédicteurs d'hospitalisation

Dans cette étude, les principaux critères étaient l'hospitalisation et une forme sévère de la maladie, nécessitant des soins intensifs, une ventilation mécanique, des soins palliatifs et / ou ayant entraîné le décès.

L’analyse menée sur les données de 4.103 patients confirmés avec COVID-19, montre que :

les facteurs d’hospitalisation sont :

  • un âge ≥ 75 ans,
  • un IMC > 40,
  • l'insuffisance cardiaque.

les facteurs de maladie sévère sont :

  • la saturation en oxygène <88% à l'admission,
  • D-dimères > 2500 ng/ml,
  • Ferritine> 2500 ng/ml
  • Protéine C-réactive (CRP)> 200 mg/l

En analysant les données par une technique de classification par arbre de décision, les chercheurs aboutissent à 2 facteurs prééminents pour l'admission:

  • l'âge> 65 ans,
  • l'obésité.  

 

Les chercheurs commentent ces données en précisant que la maladie chronique la plus fortement associée avec une maladie grave est l'obésité et que cette association est plus forte qu’avec « toute maladie cardiovasculaire ou pulmonaire ».

Ainsi, cette étude confirme l'âge et les comorbidités comme de puissants facteurs prédicteurs d'hospitalisation et la déficience en oxygène à l'admission et l'inflammation comme les facteurs les plus fortement associés aux formes sévères de la maladie.