Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19: Quelle stabilité du virus dans notre environnement ?

Actualité publiée il y a 2 mois 4 semaines 1 jour
The Lancet Microbe
La persistance du coronavirus peut atteindre plusieurs jours sur certaines surfaces

Cette vaste question déjà abordée, mérite d’être reposée régulièrement afin de tenir compte à la fois de l’évolution possible du virus lui-même, mais aussi des réponses humaines pour le contrer, elles-mêmes motrices d’évolution génique. Cette recherche en laboratoire d’une équipe de l’Université de Hong Kong, présentée dans le Lancet Microbe, vient confirmer la persistance du coronavirus durant plusieurs jours sur certaines surfaces, mais révèle aussi sa sensibilité à des températures très élevées et aux désinfectants usuels.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

De précédentes études ont déjà évalué la persistance du nouveau coronavirus sur différentes surfaces :

  • Une étude de chercheurs des National Institutes of Health (NIH), des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), de l’Université de Californie Los Angeles (UCLA) et de l'Université de Princeton, présentée dans le New England Journal of Medicine (NEJM), a conclu à une « viabilité » possible de SARS-CoV-2 :
  1. dans les aérosols jusqu'à 3 heures,
  2. sur une surface en cuivre : jusqu'à 4 heures,
  3. sur du carton, jusqu’à 24 heures,
  4. sur du plastique et de l’acier inoxydable, jusqu'à 2 à 3 jours.
  • Une étude de bioingénioeurs de Stanford publiée dans la revue Environmental Science & Technology décrit le comportement possible de SARS-CoV-2 et les voies de transmission possibles de COVID-19 et confirme un risque via les eaux usées mais une vulnérabilité du virus aux UVC.
  • Enfin, une étude plus récente de l'Université et du National Strategic Research Institute du Nebraska et de la United Stated Air Force School of Aerospace Medicine, accessible sur le portail de prépublication portail medRxiv, apporte des données sur sur l’excrétion, la transmission et la contamination de l’infection à SARS-CoV-2 : L’étude confirme pour la première fois l'excrétion virale aéroportée dans les zones de soins des patients atteints suggérant l’hypothèse d’une transmission possible via l’air.
Si aucun virus infectieux n'a pu être récupéré sur du papier d’imprimante ou des mouchoirs en papier après une incubation de 3 heures, le délai est porté à 2 jours pour les surfaces en bois et en tissus.

Ici, les chercheurs de Hong Kong rappellent les preuves de détection du coronavirus SRAS-CoV-2 dans ces différents types d’échantillons cliniques mais établissent aussi pour la première fois,

la stabilité du virus, dans différentes conditions environnementales.

 

 

Sur la stabilité du SARS-CoV-2 à différentes températures : le virus apparaît ici très stable à 4 ° C, mais sensible à la chaleur. Incubé durant 14 jours, à 4 ° C, la charge virale (précisément le tire infectieux) est extrêmement peu réduit, au 14è jour. A une température d'incubation de 70 ° C, le temps d'inactivation du virus est réduit à 5 minutes. Ces données ne contredisent pas celles d’une récente étude épidémiologique qui évalue le lien entre conditions climatiques et propagation de COVID-19, mais n’aborde pas et pour cause des températures aussi élevées que 70° C.

 

 

Sur la stabilité du virus sur différentes surfaces : A température ambiante (22 ° C) avec une humidité relative d'environ 65%, une gouttelette de 5 μL de culture virale déposée sur différentes surfaces et objets trempés avec 200 μL de milieu de transport de virus pendant 30 minutes pour éluer le virus. Les auteurs précisent que ce mode de récupération du virus ne permet pas nécessairement d’évaluer le risque de transmission par contact indirect avec la surface contaminée. La comparaison des durées de détection entre les différents matériaux testés (Voir extrait de l’annexe 1 sur visuel ci-contre) présente un grand intérêt : Si aucun virus infectieux n'a pu être récupéré sur du papier d’imprimante ou des mouchoirs en papier après une incubation de 3 heures, le délai est porté à 2 jours pour les surfaces en bois et en tissus. Les durées les plus longues sont constatées avec des surfaces lisses (verre : 4 jours,  acier inoxydable et plastique : 7 jours…).

Il est frappant de constater qu'un niveau détectable de virus infectieux est détecté sur la couche externe d'un masque chirurgical 7 jours après « l’inoculation du virus ».

 

 

Et au contact de virucides et de désinfectants ? L’exposition de 15 μL de culture SARS-CoV-2 à 135 μL de divers désinfectants à la concentration habituelle d’utilisation, montre qu’aucun virus infectieux n'a pu être détecté après une incubation de 5 minutes à température ambiante (22 ° C). En revanche, cette durée est portée à 15 mn (pas d’expérience réalisée entre 5 et 15 mn) pour le savon ménager. Le SRAS-CoV-2 apparaît « extrêmement stable » dans une large gamme de valeurs de pH à température ambiante (pH : 3–10).

Ainsi, le nouveau coronavirus peut être très stable dans un environnement favorable mais s’avère également sensible aux méthodes de désinfection standard.