Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

COVID-19 : Un médicament « du foie » qui empêche le virus d'infecter

Actualité publiée il y a 10 mois 3 semaines 5 jours
Journal of Internal Medicine
Plusieurs recherches ont déjà suggéré l’efficacité, contre le COVID de ce médicament, l’acide ursodésoxycholique (UDCA) (Visuel Adobe Stock 447119260)

Plusieurs recherches ont déjà suggéré l’efficacité, contre le COVID de ce médicament, l’acide ursodésoxycholique (UDCA), qui cible « au départ » les acides biliaires et est utilisé pour traiter une maladie du foie. En effet, UDCA pourrait contribuer à prévenir les infections par le SRAS-CoV-2 et à réduire la gravité du COVID-19 via son effet indirect sur les récepteurs cellulaires ACE2, utilisés par le virus pour se fixer sur les cellules hôtes. Cette nouvelle étude de, publiée dans le Journal of Internal Medicine semble confirmer cette efficacité.

 

Le concept serait donc, pour lutter contre la progression de la maladie de s’attaquer aux récepteurs, plutôt qu’au virus lui-même, pour empêcher toute action d’approche du virus des cellules hôtes. Car, le SRAS-CoV-2, le virus responsable de COVID-19, se fixe à ce récepteur cellulaire appelé enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE2), et l'expression de l'ACE2 peut être boostée par l'activation d’un récepteur nucléaire, farnésoïde X, lui-même inhibé par le médicament UDCA.

UDCA est utilisé au départ pour traiter les maladies du foie

L'étude menée de mars 2020 à février 2022 auprès de 3.214 patients atteints d'une maladie du foie, dont la moitié prenaient le médicament révèle ainsi que :

 

  • les participants prenant de l'UDCA ont un risque réduit de 46 % d'être infectés par le SRAS-CoV-2 ;
  • chez des participants ayant développé un COVID-19, l'utilisation de l'UDCA est associée à une réduction de 46 % également de développer les symptômes de la maladie,
  • une réduction de 49 % du risque de développer un COVID-19 de sévérité modérée,
  • une réduction de 52 % du risque de développer une forme sévère de la maladie.

 

L’étude vient donc apporter à la preuve du potentiel de ce médicament « du foie » à contrer l’infection COVID et « constitue une motivation sérieuse à lancer des essais contrôlés randomisés prospectifs sur l'utilisation de l'UDCA en prévention ou pour le traitement du COVID-19 ».

Autres actualités sur le même thème