Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Un rappel du défi permanent des virus émergents

Actualité publiée il y a 5 mois 5 jours 2 heures
NEJM
Les réponses à l'épidémie vont certainement devoir évoluer, prédisent ces experts

L'émergence et la propagation rapide de l’épidémie de pneumonie associée au nouveau coronavirus, COVID-19 illustre le défi complexe et constant, en Santé publique, posé par les virus émergents, écrivent ces grands experts des National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID/NIH) et des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) qui partagent leurs expertises et leurs réflexions, dans le New England Journal of Medicine (NEJM).
 

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Les auteurs de cet article, le Dr Anthony S. Fauci, directeur du NIAID, le Dr H. Clifford Lane, directeur adjoint du NIAID pour la recherche clinique et le Dr Robert R. Redfield, le directeur des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) répondent notamment au rapport (2) récemment publié sur la transmission précoce dynamique de COVID-19, dans la même revue. Ce rapport apportait des informations cliniques et épidémiologiques détaillées, issues de l’analyse des 425 premiers cas survenus à Wuhan (Chine).
 

Face aux virus émergents, la surveillance ne doit pas faillir

 

Une deuxième génération de mesures va bientôt s’imposer : les réponses vont certainement devoir évoluer, prédisent ces experts : en réponse à l'épidémie, de nombreux pays ont institué des restrictions de voyage et des confinements de masse, ce qui peut en effet avoir « quelque peu » ralenti la propagation du COVID-19. Cependant, étant donné la transmissibilité apparemment élevée du virus, « nous devons nous attendre à ce qu’il se propage partout dans le monde »- y compris aux États-Unis. Si la maladie commence à se propager en communautés, le confinement pourrait ne plus être un objectif réaliste et les efforts de réponse devront probablement passer à d’autres stratégies dont l'isolement de personnes malades à la maison, la fermeture des écoles et la généralisation du télétravail.

 

Les efforts de recherche vont encore s’intensifier : Ces experts en première ligne sur les efforts de recherche américains et internationaux rappellent que des essais cliniques sont déjà en cours pour tester les thérapies candidates, dont l’essai parrainé par le NIAID sur l’antiviral expérimental remdesivir qui a commencé à inclure ses premiers participants le 21 février 2020. Des essais cliniques de stade précoce sont programmés également -dans les 16 semaines à venir- pour de nombreux candidats vaccins : « Nous prévoyons que les premiers candidats entreront dans les essais de phase 1 au début du printemps », écrivent les auteurs. Ils rassurent également sur les thérapies de « soutien » actuelles qui consistent à traiter les symptômes tandis qu'une variété d'approches expérimentales sont explorées dont l’antiviral lopinavir-ritonavir, l'interféron-1β, le remdesivir, la chloroquine ainsi que toute une série de produits de médecine traditionnelle chinoise. On regarde également le potentiel des globulines hyperimmunes provenant de patients guéris, en intervention précoce. Enfin, les autorités sanitaires s’assurent que les produits expérimentaux sont évalués via des méthodologies scientifiquement et éthiquement éprouvées.

 

La fenêtre d’opportunité de traitement va se préciser : Chaque épidémie offre la possibilité d'obtenir des informations clés. Dans cette épidémie, l’intervalle moyen de 9,1 à 12,5 jours entre le début de la maladie et l'hospitalisation suggère une fenêtre unique d'opportunité d'intervention. Des études génomiques devront également mieux préciser les facteurs de l'hôte qui prédisposent les personnes à contracter l’infection et la voir progresser.

 

L'épidémie de Covid-19 est comme une mise en garde

« C’est un rappel brutal du défi permanent posé par les agents pathogènes infectieux émergents et de la nécessité d'une surveillance constante, d'un diagnostic rapide et de recherches solides pour comprendre la biologie de base de ces nouveaux organismes et nos susceptibilités », concluent les chercheurs.