Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Une hausse des AcVC chez les enfants

Actualité publiée il y a 1 semaine 17 heures 44 min
American Academy of Pediatrics
On en parle relativement peu, mais les AcVC sont pourtant à l’origine d’environ 50% des traumatismes soit la cause d’environ 20.000 décès en France chaque année (Visuel Adobe Stock 116120413)

Cette étude qui révèle une forte augmentation de certains accidents de la vie courante (AcVC) chez les enfants, durant les confinements liés à l’épidémie de COVID-19, sensibilise à la prévention de ce type d’événement. En particulier des brûlures accidentelles à la maison avec un pic en juillet 2020. Ces données présentées à la Conférence annuelle 2021 de l'American Academy of Pediatrics illustrent encore un effet indésirable supplémentaire des mesures de distanciation, et précisément de la fermeture des écoles.

 

On en parle relativement peu, mais les AcVC sont pourtant à l’origine d’environ 50% des traumatismes soit la cause d’environ 20.000 décès en France chaque année. Ces AcVC comprennent à la fois les accidents domestiques, les accidents survenant à l'extérieur à l’occasion de sorties, les accidents scolaires, de sport ou de loisirs. Causés par une exposition à des agents tels que la chaleur, l’électricité, les agents chimiques, les radiations et dans certains cas par le manque d'un élément essentiel à la survie (noyade, froid),...

les AcVC sont des traumatismes non intentionnels mais évitables.

Cette étude s’intéresse plus particulièrement aux AcVC et aux brûlures domestiques chez l’enfant, lorsque de nombreux enfants restaient à la maison et parfois sans surveillance, et encouraient un plus grand risque de blessures accidentelles, y compris de brûlures. Les chercheurs ont analysé rétrospectivement les données de 13.177 patients pédiatriques traumatisés pris en charge dans 9 centres de traumatologie, dont 987 patients souffrant de brûlures. L’analyse constate :

 

  • les brûlures chez les enfants ont considérablement augmenté en 2020

(vs même période en 2019), lorsque la plupart des enfants n’allaient plus à l’école et restaient à la maison. Ainsi, le nombre de cas de brûlures chez les enfants a augmenté de 48,6 % en 2020 par rapport à 2019

  • 94 % de ces brûlures ont été qualifiées de non intentionnelles ;
  • les enfants d'âge scolaire constituent le groupe d’âge présentant la plus grande augmentation d’AcVC et de brûlures durant la période ;
  • le nombre moyen de patients brûlés admis chaque mois a augmenté de manière continue durant la pandémie, jusqu’à atteindre un pic en juillet 2020 ;
  • par rapport à 2019 (19%), la proportion d'enfants souffrant de brûlures par flammes a augmenté de manière la plus significative en 2020 (26%) ; ainsi, le nombre total d'enfants victimes de brûlures a augmenté de 32,5%, pour atteindre un total de 522 patients dans les 9 centres de traumatologie en 2020-vs 394 patients en 2019 ;
  • enfin, l’augmentation disproportionnée des brûlures en juillet s’explique -selon les auteurs- par l'annulation des spectacles pyrotechniques professionnels et en compensation, l’augmentation de l’usage personnel et amateur de feux d'artifice ( ?).

 

« Les confinements et la distanciation sociale ont inévitablement créé une nouvelle dynamique entre les enfants et leur environnement », commente l’auteur principal, le Dr Christina Georgeades, chirurgien pédiatrique au Children's Wisconsin. De nouvelles conséquences sanitaires indirectes de la pandémie se révèlent au fil des mois et «cette nouvelle compréhension des facteurs spécifiques qui ont contribué à ces conséquences sanitaires sera essentielle pour minimiser ces risques en cas de futures pandémies ».

Autres actualités sur le même thème