Vous recherchez une actualité
Actualités

ASTHME : Ces levures intestinales qui augmentent le risque chez le bébé

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 23 heures
eLife
L’asthme touche un enfant sur 10. Un déséquilibre entre les bactéries et les levures, dans le microbiote intestinal du nouveau-né pourrait favoriser le risque d'asthme plus tard dans la vie (Visuel Fotolia)

L’asthme touche un enfant sur 10.

Un déséquilibre entre les bactéries et les levures, dans le microbiote intestinal du nouveau-né, pourrait favoriser le risque d'asthme plus tard dans la vie, suggère pour la première fois, cette étude canadienne. La prolifération de levure dans l'intestin au cours des premiers mois de la vie semble en effet induire une exacerbation du système immunitaire favorable au développement de l’asthme. Ces travaux, publiés dans la revue eLife, suggèrent dans le même temps une nouvelle piste thérapeutique.

 

L'asthme est une affection pulmonaire et une allergie courante, parfois handicapante et difficile à gérer. La période qui suit la naissance est une fenêtre critique pour le développement du système immunitaire sain et du microbiome intestinal. Les perturbations des bactéries intestinales qui produisent des composés anti-inflammatoires appelés acides gras à chaîne courte (AGCC) tôt dans la vie ont déjà été corrélées au développement de l'asthme. « Nous avions déjà montré que la prolifération d'un type de levure intestinale appelée Pichia kudriavzevii chez les nouveau-nés en Équateur est associée au développement de l’asthme», rappelle l’auteur principal, Rozlyn Boutin, chercheur au Département de microbiologie et d'immunologie de l'Université de la Colombie-Britannique (Vancouver, Canada.

« Nous avons regardé si nous pouvions reproduire ces résultats chez les enfants d’autres régions du monde et tenté de mieux comprendre comment les champignons du microbiote intestinal affectent le développement du système immunitaire ».

Le mycobiote intestinal affecte le système immunitaire en développement

L’équipe a suivi 123 nouveau-nés participant à la cohorte canadienne CHILD et constatent qu'une prolifération de Pichia kudriavzevii dans les selles des nouveau-nés au cours des 3 premiers mois de vie, est associée à un risque plus élevé d'asthme plus tard dans la vie.

 

Quel mécanisme ? Chez une souris modèle d'asthme, l'équipe constate que les souris nouveau-nées exposées à la levure présentent plus d'inflammation pulmonaire que les nouveau-nés non-exposés. Cependant, l’exposition de souris plus âgées à Pichia kudriavzevii n’entraîne pas cette inflammation excessive.

 

A quel stade de la vie ? Il existe donc une fenêtre critique au début de la vie où les perturbations du microbiote intestinal, causées notamment par Pichia kudriavzevii -mais peut-être par d'autres micro-organismes- affectent le développement du système immunitaire et augmentent le risque et la sévérité de l'asthme plus tard dans la vie.

 

Quelles implications ? De précédentes études antérieures ont montré que les AGCC ont des effets bénéfiques sur un développement immunitaire protecteur contre l'asthme. L’équipe confirme ici que les AGCC anti-inflammatoires produits par certaines bactéries intestinales inhibent la croissance de Pichia kudriavzevii.

 

«Les réponses immunitaires aux perturbations microbiennes intestinales tôt dans la vie ont des conséquences à long terme sur les maladies auto-immunes plus tard dans la vie. Cette étude ajoute à la compréhension de l’association entre l’asthme et le microbiote et suggère que l'inhibition des levures au début de la vie, à l’aide d’AGCC, pourrait être une approche efficace pour prévenir l'allergie ».

Autres actualités sur le même thème