Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Vers un test de pronostic ?

Actualité publiée il y a 1 année 1 mois 4 jours
Future Medicine
Ce nouveau test sanguin permet d’identifier les patients les plus à risque de développer des complications sévères du COVID-19 (Visuel Fotolia 126866053)

Ce nouveau test sanguin permet d’identifier les patients les plus à risque de développer des complications sévères du COVID-19. Développé par une équipe de l'Université George Washington (GW), ce test de probabilité de détérioration clinique et de décès, documenté dans la revue Future Medicine, va contribuer à mieux prendre en charge et de mieux orienter les patients.

 

L’équipe de Washington a analysé 5 biomarqueurs présents dans le sang de centaines de patients COVID-19, dont les niveaux élevés s’avèrent bien associés à un risque plus élevé de résultats négatifs et de complications : « Lorsque nous avons commencé à traiter les patients COVID-19, nous les avons vus s’améliorer ou s’empirer, mais nous ne savions pas pourquoi », commente l’auteur principal, le Dr Juan Reyes, professeur de médecine à la GW School. « Certaines études publiées en Chine commençaient alors à suggérer que certains biomarqueurs étaient associés à de mauvais résultats. Nous avons regardé ce qu’il en était aux États-Unis ».

5 marqueurs de détérioration de l’état de santé et du risque de décès

Actuellement, les médecins déterminent le risque d’évolution défavorable et de décès du COVID-19 en fonction de l'âge et de certaines comorbidités préexistantes, dont l’immunodéficience, l'obésité et la maladie cardiaque. La réalisation d'un simple test sanguin pour les patients admis aux Urgences, puis hospitalisés, pourrait permettre une prise de décision clinique mieux éclairée.

 

5 marqueurs d’inflammation et de coagulation : l’étude a suivi 299 patients diagnostiqués avec le COVID-19 admis à l'hôpital GW entre le 12 mars et le 9 mai 2020. L’évaluation de ces 5 biomarqueurs (IL-6 (Interleukine 6 : cytokine pro-inflammatoire de l’immunité innée), D-dimères (issus de la fibrine/coagulation), CRP (protéine C-reactive-associée à l’inflammation aiguë), LDH (lactate-déshydrogénase : marqueur de lésions) et ferritine (augmente avec inflammation)) a pu être réalisée chez 200 de ces patients.

  • Des niveaux élevés de ces biomarqueurs s’avèrent associés à l'inflammation et aux troubles de la coagulation, soit à un risque accru indépendant d'admission aux soins intensifs, d'assistance par ventilation mécanique et de décès ;
  • le risque de décès le plus élevé est associé à un taux de LDH >1.200 unités / l et à un taux de D-dimères >3 μg / ml.

 

Un test pour déterminer « l’agressivité » de la maladie et du traitement : « le test va permettre de déterminer l’agressivité avec laquelle les médecins doivent traiter les patients, si un patient peut être déchargé ou au contraire transféré en USI, s’il doit être surveillé etc… », explique le Dr Shant Ayanian, auteur de l'étude et professeur de médecine à la GW School of Medicine.

Autres actualités sur le même thème