Actualités

COVID et CROUP : Huile de poisson et de vitamine D pour l’éviter

Actualité publiée il y a 3 mois 3 semaines 3 jours
European Respiratory Society
L'incidence du croup augmente avec la pandémie (Visuel Adobe Stock 318611562)

Le croup, un symptôme dont l’incidence augmente chez le jeune enfant avec la pandémie COVID-19 et précisément la circulation du variant Omicron, pourrait être prévenu, mais à très long terme, par la supplémentation de la mère durant la grossesse : des suppléments d'huile de poisson et de vitamine D pris pendant la grossesse semblent en effet réduire le risque de croup chez les bébés et les jeunes enfants, conclut cette équipe de l’Université de Copenhague, qui présente ses données lors du Congrès international 2022 de l’European Respiratory Society (Barcelone).

 

Le croup est une inflammation de la trachée et du larynx, une forme de « laryngo-trachéo-bronchite », provoquée par une infection virale contagieuse, et, dans la majorité des cas par le virus para-influenzae, un virus provoquant, plus généralement une infection respiratoire, chez le nourrisson et le jeune enfant. L’incidence du croup est en augmentation en corrélation avec l'émergence et la circulation de la variante Omicron. Les principaux symptômes du croup sont ce bruit « grinçant » lors de l’inspiration, la toux et des troubles respiratoires.

 

Cette forme de laryngite aiguë est ainsi la cause la plus fréquente de gêne respiratoire chez le petit enfant, âgé de 1 à 3 ans. Cette année, le pic habituel en automne coïncide avec la circulation du variant Omicron. Enfin, dans les cas les plus sévères, le croup peut nécessiter une hospitalisation et une assistance respiratoire.

 

L’auteur principal, le Dr Nicklas Brustad, clinicien au Copenhagen University Hospital et co-auteur de l’étude COPSAC (Copenhagen Prospective Studies on Asthma in Childhood) souligne que « il n'existe actuellement aucun vaccin contre l'agent pathogène qui cause la maladie. Par conséquent, d'autres stratégies préventives sont nécessaires, et les mesures initiées pendant la grossesse pourraient être importantes puisque le croup survient chez les bébés et les jeunes enfants ».

Prévenir dès la grossesse

L'essai clinique révèle un mode de prévention du croup, via la mère et dès la grossesse, et donc à très long terme : 736 femmes enceintes participant à la cohorte COPSAC depuis 2010 ont été réparties en 4 groupes :

 

  1. le 1er groupe a reçu un supplément de vitamine D à forte dose (2800 UI/jour) et de l'huile de poisson contenant des acides gras polyinsaturés n-3 à longue chaîne (2,4 grammes) ;
  2. le deuxième groupe a reçu une dose élevée de vitamine D et d'huile d'olive ;
  3. le troisième groupe une dose standard de vitamine D (400 UI/jour) et d'huile de poisson ;
  4. le dernier groupe une dose standard de vitamine D et d'huile d'olive.

 

Toutes les femmes ont pris leur supplémentation à partir de leur 24e semaine de grossesse et jusqu'à une semaine après la naissance de leur bébé. Les chercheurs ont suivi les enfants jusqu'à l'âge de 3 ans et le diagnostic de croup a été posé pour 97 enfants. L’analyse révèle que :

 

  • les enfants dont les mères ont pris de l'huile de poisson présentent un risque de croup de 11 %, vs 17 % chez les enfants dont les mères consommaient de l'huile d'olive : cela représente une réduction du risque de croup de 38 % ;
  • les enfants dont les mères ont pris de la vitamine D à forte dose présentent un risque de croup de 11 %, vs 18 % chez ceux dont les mères prenaient la vitamine D à dose standard : cela représente une réduction du risque de croup de 40 % ;
  • les bébés et les enfants de moins de 3 ans sont ainsi beaucoup moins susceptibles de développer un croup si leur mère a pris des suppléments d'huile de poisson et de vitamine D pendant la grossesse.

 

« Ces 2 suppléments pourraient donc être bénéfiques contre le croup chez l'enfant à des doses suffisamment élevées. Ce sont des suppléments relativement bon marché, ce qui suggère une approche accessible et rentable pour améliorer la santé des jeunes enfants ».

 

Quels mécanismes ? Les auteurs suggèrent que ces deux composés pourraient stimuler le système immunitaire à éliminer les infections plus efficacement. Par ailleurs, cet effet anti-croup vient s’ajouter à d’autres avantages déjà démontrés par la même équipe, notamment des effets bénéfiques sur le développement osseux, le système nerveux central, la composition corporelle et l'asthme.

 

« Nous savons que la santé pulmonaire des bébés et des jeunes enfants peut être influencée pendant la grossesse. Par exemple, les bébés dont les mères fument ont tendance à avoir une moins bonne santé pulmonaire. Nous constatons de plus en plus que l'alimentation d'une mère peut également aider ou entraver le développement des poumons du bébé ».

Plus sur le Blog Pédiatrie

Autres actualités sur le même thème