Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID : Le vaccin ROR protecteur aussi ?

Actualité publiée il y a 3 mois 4 jours 23 heures
mBio
Alors que la course au vaccin anti-COVID-19 bat son plein, plusieurs « vieux » vaccins sont documentés comme protecteurs contre l’infection à SARS-CoV-2 (Visuel Adobe Stock 230517428)

Alors que la course au vaccin anti-COVID-19 bat son plein, plusieurs « vieux » vaccins sont documentés comme protecteurs contre l’infection à SARS-CoV-2. Ainsi, après la publication récente de données d’efficacité anti-COVID du vaccin Bacillus Calmette-Guérin (BCG), vieux de plus d’un siècle, c’est au tour du vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) d’être plébiscité. L’équipe de l’Institut de recherche World Organization de Watkinsville (Géorgie) démontre ainsi, dans la revue mBio, que les niveaux d’anticorps d'IgG contre les oreillons sont inversement corrélés à la sévérité de COVID-19.

 

« Nous identifions une corrélation inverse statistiquement significative entre les niveaux d’anticorps « anti-oreillons » et la gravité du COVID-19 chez les participants de moins de 42 ans vaccinées contre le ROR », résume l'auteur principal, Jeffrey E. Gold, président de la World Organization de Watkinsville. « Notre étude confirme de précédentes recherches suggérant déjà que le vaccin ROR peut être protecteur contre le COVID-19. Cela contribue à expliquer pourquoi les enfants ont un taux de COVID-19 beaucoup plus faible que les adultes, ainsi qu'un taux de mortalité beaucoup plus faible. Car la majorité des enfants reçoivent leur premier vaccin ROR vers l'âge de 12 à 15 mois et un deuxième rappel entre 4 et 6 ans ».

Les anticorps liés au vaccin ROR réduisent la sévérité de COVID-19

  • Un groupe ROR de 50 participants présentant des anticorps anti-ROR liés au vaccin ;
  • un groupe témoin de 30 des anticorps anti-ROR provenant d'autres sources, dont des antécédents de rougeole, d'oreillons et / ou de rubéole.

 

Une corrélation inverse et significative entre les niveaux d’anticorps anti-oreillons et la sévérité de la maladie COVID-19

  • Ce constat est effectué au sein du groupe vacciné, mais pas dans le groupe témoin ;
  • dans le groupe vacciné, les niveaux (ou titres) les plus élevés d’anticorps sont retrouvés chez des participants non infectés ou infectés mais asymptomatiques ;
  • dans le groupe vacciné, la sévérité des symptômes associés à COVID-19 (absence de symptômes, symptômes légers, symptômes modérés, sévères) -chez les participants infectés- est dose-dépendante de la faiblesse du niveau d’anticorps anti-oreillons liés à la vaccination ROR.

 

Ainsi, chez les participants vaccinés avec le ROR et atteints de COVID-19, les rares patients ayant été hospitalisés et ventilés, étaient ceux qui ne présentaient plus beaucoup d’anticorps liés à leur vaccination ROR passée.